Sénatoriale à Sélibaby: 3 candidats à l’investiture de l’UPR

vote - urne

 Amadou Bocar Ba: Ils sont trois candidats à la candidature de l’UPR à briguer le fauteuil de sénateur de la Moughataa de Sélibaby. Ils ont fait connaître leur intension au cours des réunions tenues les 24 et 25 janvier à Sélibaby avec une mission de leur parti, l’Union pour la République (UPR).

C’est au cours d’une réunion avec des conseillers et cadres en présence d’émissaires du parti qu’Oumar Soumaré, sénateur sortant qui était investi candidat de l’UPR en mars 2011 quelques heures après l’adhésion de son groupe MCD à cette formation dont toutes les instances (sous section, section et fédération) au niveau régional reviennent à la tendance Yaya Kane a déclaré son intention de briguer de nouveau le fauteuil de Sénateur. L’adjudant chef de la police à la retraite, Mohamed Abdallahi ould Sidi Amar connu sous le nom de Ndalla, un des cadres des zbeyrat, installés de Khabou à kankossa, le long du karikoro et Maitre Nafé Gandéga, pressenti candidat aux élections législatives de Novembre 2013 ont remis leur candidature à la mission. Pour mémoire le collège électoral de Sélibaby se compose de 201 conseillers. L’UPR compte 81, l’UDP, 37, Sursaut 20, APP 36, El wiam 19 et le PRDR 09. Les analystes laissent entendre cependant que le candidat à sa propre succession peut compter sur tout sauf les conseillers du sursaut, ceux de l’UDP et ceux du PRDR. D’ajouter même certains de la formation qui l’avait proposé comme candidat à quelque heure de la visite du président de la République pour l’inauguration du tronçon Sélibaby –Gouraye en 2011voteront contre lui. Signalons enfin que des cadres et des conseillers de l’U P R réunis pour l’occasion sont pour le principe de la répartition de postes et trouvent normal que le poste du sénateur soit attribué à la communauté soninké mais s’opposent à la candidature d’Oumar Soumaré qui fut à tort ou à raison objet de plusieurs critiques. l’UPR, vainqueur au second tour des législatives et municipales de Novembre 2013 dans quatre communes seulement (Sélibaby, Ajar, Tachott et Arr) sur onze a intérêt d’éviter des erreurs de nature à porter comme candidat d’hommes vomis chez eux au motif d’être peu sensible aux intérêts de la région. Surtout que des candidats potentiels au nom d’autres formations ne vont pas défaut.

Amadou Bocar Ba /Gaynaako

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge