Sénatoriales de 2015 : Rosso et les Rossossois s’adonnent d’un coup à un choix du cœur et de la raison.

Brahim Fall Brahim Fall :  Les escarmouches entre frères ennemis de l’UPR dans la perspective du renouvellement partiel de la chambre haute de notre parlement font parties de ce qui fait la une de notre presse nationale. Tout le monde peut d’ores et déjà constaté que Rosso, la capitale du Trarza fait exception à la règle.
En effet, à l’occasion du passage de la mission du parti national majoritaire, la section et tous ses démembrements, en plus des cadres locaux ont unanimement jeté leur dévolu sur le sénateur sortant Monsieur Mohamed Hacéne Ould El hadj dit Mohcène sans que ce dernier n’en manifeste le souhait. Contrairement, au climat délétère qui prévaut ailleurs et qui peut grandement nuire aux intérêts supérieurs du parti.
Au fait, certains seraient tentés de se demander par quoi s’explique cette exception Rossossoise et qu’est ce qui a valu à cet homme autant d’estime et de considérations chez les populations de cette ville carrefour cosmopolite ,embryon de la Mauritanie que nous voulons et où nous aimerions vivre?
Pour ceux qui ne le savent pas, Monsieur Mohcène Ould El hadj est natif de Rosso, il y a fait ses études primaires et secondaires et ne l’a quitté que pour des obligations professionnelles .plutard, il y est revenu pour y investir. Mais bien avant son engagement politique, les Rossossois l’ont connu pour ses actions caritatives et de bonnes volontés en faveur de la ville et de tout ce qui s’y rattache.
Il était l’un des principaux initiateurs de l’association des ressortissants de Rosso à Nouadhibou célèbre pour ses nobles et hautes actions en faveur de Rosso. La légendaire équipe du Trarza de Rosso, a plusieurs fois été équipé et entretenue par cette fameuse association.
Toutes les fois qu’elle devait se déplacer à Nouadhibou, elle était transportée par avion au frais de la dite association. On ne peut oublier de dire, que cette organisation a eu à organiser plusieurs caravanes médicales pour le compte des populations de la ville, surtout celles démunies.
Ce n’est pas livré un secret que de dire que Monsieur le sénateur a un penchant assumé pour les couches défavorisées et laissées pour compte, surtout celles de sa ville de cœur Rosso. Toute la Mauritanie le sait, le président actuel du sénat, comme tout bon Rossossois fréquente les milieux Wolofs et Harratine où il compte plus que des amis.
D’ailleurs, les exactions arbitraires de 1989, l’ont poussé à militer au sein de la grande UFD pour débarquer le dictateur Ould Taya et son système du pouvoir et contribuer ainsi à repenser les plaies de la nation meurtrie. Position qu’il a conservé jusqu’au départ du tyran.
Les harratines de Rosso, longtemps marginalisés par le fait même de certains des leurs pour seulement des considérations sociales archaïques et infondées, reconnaissent à l’homme le fait d’avoir largement contribué à propulser un de leurs fils, alors un illustre inconnu, à de très hautes responsabilités nationales. « Alors qu’il pouvait pour cela penser à sa propre personne ou à certains de ses proches » reconnaissent-ils.
Cet exemple, n’est pas le seul des bienfaits que reconnaissent les habitants de Rosso à leur enfant prodigue. En effet, tout le monde ici se souvient de l’émouvante histoire d’un jeune étudiant peul qui avait fini de baisser les bras en attendant la mort, parce que victime d’une insuffisance rénale sévère et pour qui son frère jumeau était disposé à lui cédait un rein mais les maigres ressources des leurs ne pouvaient assurer les frais que nécessitaient une telle intervention.
Lorsque le sénateur en fit informer, il prit tout en charge et l’homme continue aujourd’hui paisiblement ses études et vit-le plus normalement possible. Pour être bref, on sait qu’ils sont nombreux, les jeunes de Rosso que l’homme à aider à grimper les échelles, on sait qu’elles sont nombreuses les mosquées qu’il a équipé mais aussi, on ne peut oublier les nombreux efforts qu’il déploie pour que change le visage de cette ville et j’en passe.
Voilà, une partie des raisons qui ont amené Rosso et les Rossossois, au-delà même des clivages partisans, a imposé un second mandat au sénateur, afin que la ville et ses populations s’en portent mieux. N’est ce pas notre sainte religion qui nous enseigne que ceux qui ne remercient pas les hommes auteurs de bienfaits, ne remercieront jamais le tout puissant.
Et la sagesse populaire d’ajouter en substance que ceux qui ne peuvent rendre à l’identique ou au moins reconnaitre les bienfaits qui leurs sont faits ne sont tout simplement pas humains. Et à la sagesse africaine d’ajouter que « reconnaitre les qualités de ton prochain, ton ennemi soit-il, ne diminue en rien tes qualités » c’est même une haute qualité humaine serais-je tenter de dire.

Correspondance:  Eveil Hebdo

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge