Sénégal: Appel à une mobilisation contre la loi modifiant le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, vers un 23 juin bis

Les députés sénégalais« Tous les sénégalais sont priés de se rendre, ce matin, à l’Assemblée nationale, pour manifester leur opposition à la proposition de loi portant modification du règlement intérieur de ladite institution, comme ce fut le cas le 23 juin 2011 ». C’est l’appel a été lancé, hier, par la Génération sentinelle pour la République. Pour Ousmane Ndiaye Rechercher Ousmane Ndiaye et ses camarades, «c’est une exigence citoyenne». «La liberté du député doit être reconnue et renforcée», indiquent-ils.
Les députés sénégalais vont voter sa première proposition de loi de l’année en cours, ce lundi 29 juin 2015. Il s’agit de la proposition de loi n° 13/2015 modifiant la loi n° 2002-20 modifiée du 15 Mai 2002 portant règlement intérieur de l’Assemblée nationale.
Une loi dont l’alinéa premier de l’article 20 de la proposition de loi va augmenter le nombre de députés requis pour constituer un groupe parlementaire. Ce nombre passera de 10 à 15 si la loi passe ce qui n’est sans inquiété les députés de l’oppositions qui y trouve un manière pour le régime de Macky Sall Rechercher Macky Sall d’éliminer des adversaires politique mais aussi bon nombreux de sénégalais qui ont d’ailleurs décidés de descendre dans les rues de Dakar pour empêcher à la loi de passé.
En plus de cet aspect quantitative, il ya aussi, le fait que tout député qui démissionne de son groupe parlementaire, ne peut pas en intégrer un autre. Les députés voteront également la proposition qui voudrait que le Président de l’Assemblée nationale ne soit plus élu pour un an renouvelable, mais pour 5 ans. Si cette dernière proposition est acceptée par la quasi-totalité des députés, les deux autres le sont moins.
En effet même des parlementaires de la mouvance présidentielle comme Abdoul Ahad Seck Rechercher Abdoul Ahad Seck Sadaga de l’Alliance Pour la République, Mbacké (centre), Barthélémy Dias Rechercher Barthélémy Dias du Parti Socialiste, Dakar mais aussi Samba Diouldé Thiam Rechercher Samba Diouldé Thiam se sont fait entendre et vont voter contre ces propositions de loi qu’ils jugent contraire à l’avancement de la démocratie sénégalaise.
Les fervents opposants du régime de Macky Sall Rechercher Macky Sall tels que de Thierno Bocoum Rechercher Thierno Bocoum de Rewmi, ont été les premiers à élever la voix, pour dire non à ce qu’ils appellent de la forfaiture politique. Selon Thierno Bocoum, avec ces réformes, “le Sénégal, qui a toujours été un exemple de démocratie et de défense des libertés, fera moins que les pays de la sou- région comme le Mali qui est à 10 députés pour constituer un groupe. De même que le Burkina Faso. En côte d’Ivoire, il suffit simplement d’avoir 8 députés pour constituer son groupe parlementaire sur les 255 que compte l’Assemblée nationale…”
Selon Thierno Bocoum Rechercher Thierno Bocoum “La constitution d’un groupe parlementaire qui est l’expression d’une liberté fondamentale est donc favorisée et facilitée dans toutes les grandes démocraties. Le Sénégal risque d’être une exception avec les réformes scélérates envisagées malgré le bond démocratique qui avait réduit le nombre à 10 députés. Ce recul démocratique est inacceptable et révèle l’ampleur du tort porté à notre jeune nation par des députés guidés par un réflexe primaire d’appartenance politique”, condamne le député.
Du côté du pouvoir aussi, on est monté au créneau pour tenter de justifier la pertinence de ces lois. C’est Moustapha Diakhaté, le président du groupe majoritaire à l’Assemblée nationale qui s’y est collé pour dire toute la pertinence de la loi.
Selon lui, ce projet de loi, s’il passe, ne fera que rétablir un tort causé par « la politique politicienne » de Me Abdoulaye Wade Rechercher Abdoulaye Wade : «dans l’histoire de l’Assemblée nationale, de 1966 à 2000, la règle pour créer un groupe parlementaire était au moins de disposer de 1/10ème du nombre de député», rappelle-t-il.
Moustapha Diakhaté de poursuivre : «Et cette règle a été rompue en 2001 ou 2002, lors de la première magistrature de Me Abdoulaye Wade. A l’époque, après les élections législatives, l’Afp de Moustapha Niasse, avait 11 députés, et a noué des alliances pour constituer un groupe parlementaire. Le Parti socialiste avec 10 députés t ne pouvait pas prétendre en avoir».

Sidy Ndao, Dakar

Source: Koaci.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge