Sénégal : « Apres Karim Wade, Macky Sall fera face à la Crei si les élections se tiennent en 2017 » Selon Oumar Sarr du Pids

Macky SallAlors que la plut part des sénégalais, les politiciens au premier rang réclament une réduction du mandat du président Macky Sall, Le Secrétaire du Parti indépendant et démocratique du Sénégal (Pids) Oumar Sarr, demande au chef de l’Etat de ne surtout pas tenir les élections en 2017. Pour lui, si jamais, Macky Sall Rechercher Macky Sall tient les élections présidentielles en 2017, il risque de perdre le pouvoir et se retrouver devant la Crei.
C’est une déclaration qui risque de ne crée que des mécontents, tant du côté du pouvoir que de l’opposition. En effet selon Oumar Sarr, leader du la question de la réduction du mandat du Président, Macky Sall Rechercher Macky Sall est un affaire que doit bien penser le chef de l’Etat Sénégalais.
Les premiers n’aimeront pas entendre que le président pourrait perdre le pouvoir après seulement un mandat. Pour les opposants c’est plutôt la non-réduction du mandat qui devrait les rendre rouge de colères. Comme pour dire que les propos de Oumar Sarr Rechercher Oumar Sarr n’agrès personnes dans la sphère politique sénégalaise.
Dans une interview accordée au groupe Ap, le Secrétaire Général du Parti indépendant et démocratique du Sénégal (Pids) estime que si jamais, Macky Sall Rechercher Macky Sall tient les élections présidentielles en 2017, il risque de perdre le pouvoir et se retrouver devant la Crei.
« Même, s’il (Macky Sall, Ndlr) a eu à faire une promesse avant les élections, il ne peut pas être au-dessus de la constitution du Sénégal. Parce qu’il a fait les élections sur la base d’une constitution, d’un code électoral pour être élu au suffrage universel. Le Pids Rechercher Pids ne se focalise pas sur cela. On dit que le Président à engager sa parole d’honneur. »
Oumar Sarr d’ajouter même si la constitution est au dessus de tout, il urge que les président africains ont le devoir éthique de respecter leurs paroles :
« Il faut que les Présidents africains apprennent à respecter leur parole. Nous, nous l’attendons sur le plan éthique. Mais, sur le plan constitutionnel, on s’en tient à la constitution. Sur la géopolitique nationale. Et, si jamais il part à la présidentielle de 2017, il risque d’aller au deuxième tour. Non seulement, il risque d’aller au deuxième tour, mais, c’est très probable qu’il perde les élections en 2017 comme l’a perdu Sarkozy», a-t-il dit.
Se prononçant sur le cas Karim Wade, le jeune politicien soutient que le fils de Me Abdoulaye Wade n’est pas poursuivi pour détournement de derniers publics. Sinon, il serait jugé à la Haute Cour de justice. Parce qu’il fut un ministre de l’Etat. Il est poursuivi pour enrichissement illicite.

Sidy Ndao, Dakar

Source: koaci.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge