Sénégal : Entre court-circuit ou piste terroriste, le commissariat central de Dakar prend feu

Un incendie d’une rare violence s’est déclaré samedi soir au commissariat central de police de Dakar, sis au cœur de la capitale sénégalaise, 24 heures après l’alerte çà la bombe faite vendredi dans ce quartier de Plateau.

Les autorités publiques font état de court-circuit, mais les populations n’écartent pas la piste terroriste et demandent plus de vigilance au niveau des bâtiments publics car, la veille, on faist état d’une alerte à la bombe qui visaient la Cathédrale et la Grande Mosquée.

C’est aux environs de 16h30 que la fumée a commencé à dégager de ce bâtiment du commissariat central de Dakar, «l’un des plus vieux de Dakar (car datant de la colonisation)», selon le préfet de Dakar Ibrahima Sakho, qui invite l’Etat à «revoir l’installation électrique de ses bâtiments».

Il a fallu attendre les coups de 20 heures pour que les sapeurs-pompiers, pourtant arrivés sur les lieux 05 minutes après le déclenchement de l’incendie, selon le colonel Aliou Ndiaye, porte-parole de la police, maîtrisent le feu.

«Les prévenus qui étaient dans ce commissariat ont été vite transférés à celui du Plateau. Il n’y a aucune perte en vie humaine ni de dégâts matériels importants. Car le feu a seulement ravagé le magasin des archives situé au 1er étage du bâtiment», a consolé le colonel Aliou Ndiaye, promettant une enquête pour faire la lumière sur les causes exactes de l’incendie.

Une enquête, mais «profonde et sérieuse», c’est ce que veut aussi Mouhamed, riverain du commissariat central de Dakar, où il tient un commerce. «Il faut que la lumière soit faite sur cet incendie. Je ne peux pas comprendre comment un incident d’une rare violence peut se déclarer dans un commissariat de police, sans qu’on ait pris les devants. Ce qui complique les choses, c’est qu’il intervenu quelques heures après l’alerte à la bombe», dit Mouhamed.

Alpha est du même avis. Selon lui, la connaissance des causes exactes du feu «peut seulement dissiper la peur des riverains, déjà dans la panique totale depuis vendredi». «Là où nous sommes, tout ce qui intervient, on pense à une piste terroriste», indique Alpha.

Cette alerte à la bombe est d’ailleurs fustigée par Youssou Ndour, ministre du Tourisme, depuis le festival à Sahel ouvert de Mboumba (Nord du Sénégal) où il a repris samedi soir le micro pour vendre la destination Sénégal.

«C’est une tentative visant à ternir l’image du Sénégal, pourtant l’un des pays les plus sécurisés du monde. Les auteurs de cette alerte veulent empêcher aux touristes de visiter le Sénégal», a dit M. Ndour, avant de monter sur scène.

Koaci


Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge