Sénégal-France: Affaire du naufrage du bateau «Le Joola» la justice française a confirmé le Non-lieu

bateau Le JoolaLa cour d’appel de Paris a confirmé le non-lieu que la justice française avait rendu en première instance, en 2014 sur l’affaire du bateau «Le Joola » a informé Rfi.  Les familles qui ont désormais perdu cette bataille ont décidé de porter l’affaire au niveau des Nations Unies.

Le bateauLe Joola  a chaviré en 2002. En août 2003, une information judiciaire est ouverte, en France, pour homicides involontaires.

Le navire transportait 1 928 personnes, alors que la capacité d’embarquement était limitée à 536 passagers. Le ferry n’était pas en état de prendre la mer, les secours avaient tardé à arriver.

« Nous irons jusqu’au bout. On ne peut pas rester dans une impunité pour des motifs d’immunité de juridiction. C’est une addition de manquements graves. Il y a des normes internationales en matière de navigation. Ils ne peuvent pas rester impunis. On ne pas considérer qu’on peut armer un bateau en multipliant par dix sa capacité ; ne pas respecter la moindre des réglementations internationales en matière de sécurité et dire ensuite : eh bien, écoutez, c’est la faute à pas de chance. Ce n’est admissible », a déclaré, Maître Etienne Rosenthal, avocat de l’Association des familles des victimes.

Au Sénégal, la procédure est enterrée depuis 2003, moment où la justice sénégalaise a conclu à la seule responsabilité du commandant de bord, disparu dans le naufrage. Les familles des victimes s’étaient alors tournées vers la justice française puisque dix-huit Français font partie des victimes.

Le 26 septembre 2002, le Joola chavirait au large de la Gambie alors qu’il reliait Ziguinchor, au sud du Sénégal, à Dakar. La catastrophe avait fait 1 863 morts et disparus selon le bilan officiel, plus de 2 000 selon les associations de familles de victimes. Seules 65 personnes avaient survécu.

Sidy Djimby Ndao, Dakar

Koaci.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge