Sénégal : Le chef rebelle Salif Sadio prêt à regagner les siens, après la levée de son mandat d’arrêt

Le chef du front nord d’Atika, branche armée du mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC) opérant à la frontière gambienne, Salif Sadio, est prêt à regagner les siens après la levée du mandat d’arrêt international de l’Etat sénégalais contre lui, selon des sources proches du combattant rebelle.

Salif Sadio 14 avril 2013«Notre chef, Salif Sadio est toujours déterminé pour le retour de la paix en Casamance. D’ailleurs, c’est pourquoi le 09 décembre 2012, il a libéré huit otages dont 6 militaires qu’il détenait depuis un an. Mais le seul obstacle à son retour dans son village, c’était le mandat d’arrêt qui a été lancé contre lui. Maintenant que ce mandat est levé, bientôt il va regagner les siens et prendre une part active aux négociations», dit l’un des proches de Salif Sadio.

Ce week-end, un communiqué officiel a annoncé la levée du mandat d’arrêt contre Salif Sadio, l’un des combattants les plus actifs pour l’Indépendance de la Casamance (Sud), depuis l’éclatement de la rébellion en 1982.

En mars 2001, sous le magistère du Président Abdoulaye Wade, un mandat d’arrêt international avait été lancé contre Salif Sadio. Le gouvernement avait même promis une prime de 140 millions de F CFA à toute personne qui faciliterait l’arrestation du chef de la branche nord d’Atika.

La levée du mandat d’arrêt contre lui fait intervient dans le cadre des négociations entre l’Etat du Sénégal et le MFDC, entamées depuis octobre dernier, sous l’égide de la communauté catholique Sant ‘Egidio qui estime que ce geste du Sénégal «participe à la volonté des pouvoirs politiques de faire revenir la paix en Casamance».

Après Salif Sadio, le problème reste à démobiliser aussi les autres chefs rebelles comme César Atoute Badiate, chef du front sud d’Atika, basé à la frontière bissau-guinéenne ; et son «ex-fieul», Ousmane Niantang Diatta, un dissident qui a créé sa propre base dans le Balantacounda, au sud-est de la Casamance.

Ndiack FAYE

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind