Sénégal : Macky Sall parle de l’affaire Karim Wade : «Il est faux de dire qu’il n’y aura pas d’appel»

Macky Sall 2Mercredi 01 juillet 2015– Alors la tension est montée sur la scène politique avec la modification du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, le Président Macky Sall  s’est exprimé sur l’affaire Karim Wade  Karim Wade dans le quotidien français le Figaro. Pour certains cette sortie du président tente de détourner le regard des sénégalais qui sont depuis quelques temps appelés à descendre dans les rues pour manifester contre la mauvaise gouvernance, les coupures d’eau et d’électricité…

Macky Sall signe et persiste que c’est faux de dire qu’il n’y aura pas appel sur l’affaireKarim Wade  comme le font savoir les avocats de Karim Wade ainsi qu’une bonne partie de l’opinion sénégalais.

« Je vais vous répondre en trois temps. D’abord, j ai placé mon mandat sous le signe de la lutte contre la corruption. Ensuite, la cour qui a jugé Karim Wade  a été instituée en 1981. Elle appartient donc à notre organisation constitutionnelle. Le Sénégal est une démocratie. Enfin, il est faux de dire qu’il n y aura pas d appel, car la Cour suprême a été saisie par les avocats de Karim Wade  ».

Pour rappel Karim Wade, le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été condamné pour enrichissement illicite à six ans d’emprisonnement, au mois de mai, et à payer une amende de 210 millions d’euros. Les conditions de son procès sont très contestées, d’autant que cette décision ne serait pas susceptible d’appel selon les avocats de Wade fils.

Macky Sall a aussi abordé le sujet du terrorisme qui commence à gagné du terrain en Afrique de l’Ouest. Comme le prouve l’attentat qui a fait 34 morts dans la capitale tchadienne, le 15 juin dernier. L’Afrique subsaharienne est plus que jamais exposée au terrorisme, Le Sénégal, pays à grande majorité musulmane, n’est pas à l’abri de la menace terroriste selon le président Sall.

« Comme partout dans le monde, y compris en Europe et en France, où vous venez de vivre l’horreur, la menace islamiste doit être prise en compte. Elle est forte. Mais le Sénégal pratique un islam de confréries, très singulier, très apaisé, qui est un frein aux dérives islamistes », dixit le président sénégalais.

Pour lui, « C’est évidemment, en mettant l’accent en amont sur l’éducation de notre jeunesse et sur sa formation que nous éviterons ce que d’autres pays connaissent. C’est une bataille de tous les instants. Il ne faut pas négliger, non plus, le renseignement humain pour détecter des comportements anormaux de jeunes qui reviennent de zones et pays où on leur a lavé le cerveau », a conclut Macky Sall.

Pour certains cette sortie deMacky Sall  vise à détourner les citoyens des vrais problèmes du pays. En effet depuis quelque temps des appelés sont lancés allant dans le sens d’inviter les populations à descendre dans les rues pour manifester contre la mauvaise gouvernance, les coupures d’eau et d’électricité.

Sidy Ndao, Dakar

Source: koaci.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge