Sénégal: Questions d’actualités, Les députés de l’opposition dénoncent une mauvaise répartition des temps de parole et perturbent la séance

députés de l'oppositionAu Sénégal l’hémicycle a renoué avec les tiraillements. Devant abriter une rencontre au cours de laquelle le Gouvernement avait à répondre aux questions des députés, l’Assemblée a été transformée en ring où à la place des coups de poing, on a eu droit à des joutes verbales acerbes.
Le Premier ministre Mahammed Boun AbdallahDionne et les membres du Gouvernement ont fait face aux députés hier. Au programme, il était question d’échanger sur les questions brûlantes de l’actualité. Seulement, inaudibles ont été les discussions.
Les députés de l’opposition, foulards rouges autour sur la bouche ont tenté de saboter la rencontre, interrompant régulièrement les orateurs une manière pour eux de dénoncer à la fois ce qu’ils considèrent comme une injustice dans la façon dont les temps de parole ont été repartis mais aussi pour exiger la reconnaissance leur groupe.
Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah  Dionne a été accueilli, à son entrée dans l’Hémicycle, par Me El Hadji Diouf, Thierno Baucoum, Woré Sarr, Mamadou Diop Decroix, Lamine Thiam, Aida Mbodji. Loin de vouloir lui souhaiter la bienvenue, ces parlementaires, foulards rouges noués autour de la bouche, se sont mis à scander : «non à la dictature, non à la dictature» ! Et le décor est ainsi campé.
Interpellé par un député, le Premier ministre va avoir beaucoup de mal à se faire entendre.
Suffisant pour que Mahammed Boun Abdallah Dionne se tourne vers les « rebelles », moralisant. « La démocratie c’est aussi le respect de l’autre », commence-t-il par amadouer sans ramollir les ardeurs des contestataires. «Votre gouvernement mérite un peu de respect. Le peuple mérite votre respect », clame-t-il.
Son sermon aura le mérite de calmer quelque peu Me El Hadji Diouf, qui va préciser être de la mouvance présidentielle mais qu’il n’acceptera pas la dictature.
Au chapitre des déclarations, le premier ministre a fait part de la position du gouvernement di Sénégal sur l’affaire Lamine Diack pour la première depuis la mis en nu du scandale.
« Le Président Macky Sall n’est mêlé ni de prêt ni de loin à cet affaire. Je met mon honneur et celui du gouvernement en jeu, le Président de la République n’a jamais touché de l’argent de Lamine Diack. Et pour ce qui concerne le cas Pape Massata Diack (visé par un mandat d’arrêt international, ndlr) c’est que le Sénégal a ratifié des conventions avec la France mais faut savoir qu’un État qui se respecte n’extrade pas ses propres fils » a indiqué le chef du gouvernement.

Sidy Djimby Ndao, Dakar

Source: koaci.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge