Sénégal-Tchad : Le procès Hissein Habré reprend le 09 novembre avec le fossoyeur Clément Abaïfouta comme témoin

HabréLe procès de l’ancien chef d’Etat tchadien a été suspendu, jusqu’au 09 novembre. L’annonce a été faite, hier, après l’audition du témoinHissein Robert Gambier Rechercher Hissein Robert Gambier un ancien prisonnier qui a déclaré à la barre avoir vu plus des milliers de personnes mourir sous ses yeux.
Le procès reprendra avec l’audition de Clément Abaïfouta, Président de l’Association des victimes de crimes du régime de Hussein Habré, surnommé, par ses camarades de cellule, le fossoyeur. A en croire le Juge Kam, cette pause de plus d’une semaine va permettre aux Chambres africaines extraordinaires (Cae) et aux avocats de souffler et de revoir leurs notes.
Pour rappel,Clément Abaïfouta Rechercher Clément Abaïfouta a été arrêté 12 juillet 1985 par le régime de Hussein Habré. Il fait partie de ceux qui ont été en tête du combat pour que l’ancien chef d’Etat tchadien, au pouvoir de 82 à 90, soit traduit en justice.
Mais déjà ce Jeudi, le témoinHissein Robert Gambier Rechercher Hissein Robert Gambier a enfoncé l’ancien président. Puisque selon lui, à la Dds, il a été mis dans une cellule de 2,5 m².
« J’ai trouvé des cadavres dans la cellule où j’ai été placé dès mon arrivé. Aussi, des gens mourraient devant moi », dit-il. Toutefois, M. Gambier garde toujours les séquelles de sa torture 25 ans après la fin du règne du Président Hussein Habré.
« J’ai été torturé 2 mois après mon arrivée à la prison. Ils ont pris deux baguettes qu’ils attachaient des deux bouts sur ma tête. Cette méthode de torture surnommée la baguette a fait que j’ai perdu la capacité d’entendre. Je garde toujours des séquelles de ces tortures. Ma tête est pleine de bourdonnement », explique t’il.
Avant d’ajouter « J’ai compté au total 2053 personnes mortes. Ces personnes ne mangeaient pas bien. Au camp des martyrs, j’ai trouvé des gens avec des jambes enflés. Ils m’ont dit qu’ils ont le béribérie par ce qu’ils ne mangeaient pas bien. Ils ne mangeaient que du mil. Aussi, à la Gendarmerie, on était nombreux dans les cellules, alors qu’il y avait peu d’espace dans les cellules. Les gens mourraient parce qu’ils s’entassaient ».

Sidy Djimby Ndao, Dakar

Source: koaci.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge