Sommet de la Jeunesse africaine à Nouakchott : Les raisons d’un échec cuisant

Sommet de la Jeunesse africaineAucun ministre de la Jeunesse des pays invités au Sommet de Nouakchott sur la Jeunesse africaine et maghrébine, organisé par le ministère mauritanien de la jeunesse, n’a fait le déplacement. Les plus polis ont dépêché des conseillers en poste dans leur ambassade en Mauritanie. A cela s’ajoutent des manquements graves au niveau de l’organisation et la mise à l’écart quasi-totale de la presse nationale et internationale, faisant de ce sommet un non évènement aussi bien au niveau local qu’à l’étranger.

Organisé à grandes pompes et à grands frais par le ministère de la Jeunesse et des Sports, le 1er Forum de la jeunesse maghrébine et africaine dont les assises se sont ouvertes depuis le 20 juillet dernier a été un gros fiasco, selon plusieurs sources de presse. Non seulement, Dr. Coumba Bâ n’est pas parvenue à convaincre ses homologues de la région à prendre part à la rencontre, mais elle a aussi pêché dans le domaine de la logistique et de la communication.

Les quelques participants qui ont pu venir à Nouakchott rateront ainsi l’ouverture officielle à cause de banals problèmes d’intendance, le préposé au volet transport ayant tout simplement failli à la mission qui lui était dévolue.

A cela se serait ajouté la goujaterie de certains cadres du ministère de la Jeunesse qui tentaient de jouer des muscles pour parvenir à la salle du petit déjeuner, n’eût été la ténacité du responsable qui était chargé de ce volet, qui leur barra le chemin jusqu’à ce que les hôtes soient servis. Ce qui est sûr, c’est que le retard dans le transfert des délégués venus de plusieurs pays à l’ouverture du sommet, les a enragés. En définitive, la cérémonie se déroulera sans eux.

Pire était encore l’organisation des ateliers thématiques et pour lequel l’Etat mauritanien a raclé le fonds de ses tiroirs. C’était tout simplement la pagaille et le désordre dans ses pires formes selon plusieurs participants. L’incompétence de la commission mise sur place pour l’organisation du sommet a été ainsi largement décriée, alors que certains observateurs fustigeaient le bas niveau des jeunes mauritaniens conviés à l’évènement et dont le choix se serait opéré dans le plus grand laxisme.
Le sommet de la Jeunesse a été surtout l’occasion pour les organisateurs de heurter la sensibilité du peuple mauritanien. Deux films projetés au cours d’une séance, en présence des hôtes de la Mauritanie, auraient particulièrement soulevé la colère de la salle. Il s’agit d’un court-métrage sur les Mahadras mauritaniens présentés comme source de radicalité et d’extrémisme, avec en focus un enseignant religieux violeurs d’élèves.

Ainsi, c’est une image hautement négative de la Mahadra qui été présentée comme symbole de l’extrémisme, une école qui forme des radicaux et où se multiplient les viols de jeunes enfants. Hormis le court-métrage du jeune Cheiguer, un autre documentaire signé Abdoul Dia sera également projeté sur le thème du viol avec les exemples vivants de Penda, violée puis tuée à Riadh, celle de la petite Khadija, violée elle-aussi puis tuée au bord de la plage et celle de la petite Zeineb, tuée et immolée par le feu.

MOMS

Source: Lauhtentic

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge