Sommet de la Ligue Arabe : La Mauritanie doit-elle abriter la rencontre ?

Sommet de la Ligue ArabeLa Mauritanie a accepté d’abriter le prochain sommet de la Ligue Arabe après le désistement du Maroc. Cette décision a été différemment appréciée par les observateurs nationaux qui par delà les avantages diplomatiques qu’un tel sommet pourrait apporter à la Mauritanie, n’en considèrent pas moins l’aventure de périlleuse dans un environnement arabe marqué par des dissensions sous fond de massacre de civils à grande échelle.
La Mauritanie va abriter le prochain sommet de la Ligue arabe. C’est elle même qui a fait ce choix. Tout commence par le désistement du Maroc par rapport à l’organisation du Sommet de la ligue Arabe qu’il devait abriter en mars 2016, les autorités marocaines considérant que les divergences actuelles entre les membres de la Ligue arabe n’étaient pas propices à la tenue d’un tel sommet sauf si on cherche à la réduire à une manifestation purement formelle sans intérêt.
Une disposition exprimée dans le communiqué publié vendredi par l’Agence marocaine de presse (MAP), qui indique que « sur instructions du roi Mohamed VI, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salahedine Mezouar, a informé le Secrétaire général de la Ligue des Etats arabes, Nabil al-Arabi, de la décision du royaume du Maroc de céder son droit d’organiser une session ordinaire du sommet arabe ».
Pour les autorités marocaines, « au regard des défis auxquels fait face le monde arabe aujourd’hui, le sommet arabe ne peut être une fin en soi ou devenir une simple réunion de circonstance ». Pour le Maroc, une réunion des pays arabes dans ces conditions ne saurait être un succès ni répondre aux aspirations des peuples arabes.
Face à cette impasse, il fallait trouver une solution. Celle-ci provenait de laMauritanie qui donna son aval, par le biais de son délégué auprès de la Ligue arabe. La Mauritanie s’engagea ainsi à accueillir la 28ème session de la Ligue arabe sur son sol. Ce sera une première !
Pourquoi accepter là où le Maroc a désisté ? Pourquoi la Mauritanie a-t-elle décidé d’accueillir un sommet que le Maroc a refusé ?. Certes, personne n’ignore les retombées d’une telle rencontre pour la Mauritanie, ne serait-ce qu’en termes d’afflux de personnalités de haut niveau, même si la capacité d’accueil dont dispose la ville de Nouakchott -une capitale avec une vingtaine d’hôtels dont cinq de 4 étoiles- pourrait se poser.

En plus, le pays occupera pendant la tenue du sommet, les devants de l’actualité aussi bien dans le monde arabe que sur le plan international. Ce serait surtout un réel succès diplomatique pour le président Mohamed Abdel Aziz qui pourra se targuer d’être l’unique Chef d’Etat mauritanien à avoir occupé le poste de président de l’Union africaine puis de la Ligue arabe.
Seulement, par delà les questions d’intendance et de protocole, beaucoup d’interrogations accompagnent la décision des autorités mauritaniennes d’abriter une telle rencontre à un moment aussi crucial.
Il faudrait bien se demander si les autorités mauritaniennes n’auraient pas mieux fait de se position des questions sur les raisons qui ont poussé le Maroc à désister par rapport à l’accueil d’un tel sommet.
Que fera la Mauritanie du siège de la Syrie ? Va-t-elle la laisser vacante malgré la présence de son ambassadeur à Nouakchott ? C’est ainsi toute la position diplomatique de la Mauritanie dans le conflit syrien qui serait en jeu, avec une Ligue arabe qui n’acceptera pas de siéger à côté d’un représentant du régime de Bechar Assad, là où elle fera volontiers place au représentant de son opposition.
Quelle position devra-t-elle adopter dans le dossier de la crise qui oppose leLiban et les pays du Golfe arabique, en particulier l’Arabie Saoudite ?
Par delà les dissensions politiques qui ensanglantent le Proche et le Moyen-Orient, la question centrale sera de savoir quelle contribution le sommet deNouakchott va-t-elle apporter à l’action commune arabe.
Pour autant, cette réunion de Nouakchott risquerait, selon plusieurs observateurs, de se réduire à un simple show sans intérêt mais trop coûteux pour un pays qui ploie déjà sous le poids de la pauvreté et de multiples crises.
En effet, les observateurs se demandent comment dépasser des divergences profondes que le dernier sommet tenu en mars 2015 à Charm el-Cheikh en Egype n’a pas pu résoudre. Et de rappeler qu’à l’issue de cette session au cours duquel les dirigeantes des vingt-deux pays membres de l’organisation avaient affiché publiquement leur différend, toute perspective d’une entente devenait ainsi vaine, car entre-temps, les positions des uns et des autres, n’ont guère évolué.

Seneweb.com

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge