Sommet mondial humanitaire: «Même les guerres ont des règles et un cadre»

hôpital Al-QodsLe premier sommet humanitaire mondial organisé par l’ONU s’achève ce 24 mai à Istanbul. Comment protéger les civils pendant les conflits et faire respecter le droit humanitaire ? Les attaques contre les hôpitaux, les écoles ou encore le siège des villes sont des pratiques illégales, mais de plus en plus fréquentes. Le sujet était au menu des discussions ce matin entre les représentants de 135 Etats.

Alors que les ONG attendaient des prises de position très fortes lors de ce premier sommet humanitaire mondial organisé à Istanbul par l’ONU, c’est surtout à une réaffirmation des principes qu’on a assisté et au rappel des lois existantes. Ces lois sont suffisantes mais le problème, c’est qu’elles ne sont pas appliquées sur le terrain. Les engagements pris par les participants pour mieux faire respecter le droit humanitaire seront connus plus tard. Un document récapitulatif doit être remis au secrétaire général de l’ONU dans une semaine environ.

Pour l’instant, rien de bien concret, mais Meryem Aslan, directrice Oxfam Turquie (confédération contre les injustices et la pauvreté), refuse de céder au pessimisme : « Quand on parle de stopper le trafic d’armes, de faire respecter les traités, ça ne veut pas dire qu’on imagine pouvoir résoudre ces problèmes en deux jours. Mais cette conférence fait partie d’un processus. Oui, c’est possible de respecter les règles de guerre, même les guerres ont des règles et un cadre. Et c’est possible aussi, de garder en tête nos principes d’humanité ».

A la session de ce 24 mai, le secrétaire d’Etat français au développement, André Vallini, a fait valoir que la France avait recueilli 95 soutiens supplémentaires à son initiative qui demande aux membres du Conseil de sécurité de ne pas opposer leur veto en cas de crimes de guerre. Mais il en faudra beaucoup plus pour changer les choses. Aujourd’hui une personne sur cinq vit dans une région instable ou une zone de conflit et 92% des personnes tuées par des bombes sont des civils.

Source: RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge