Soudan : les portes sont ouvertes au dialogue avec toutes les forces politiques (el-Bachir)

el-bachirLe président soudanais Omar el-Bachir a déclaré lundi que la porte du dialogue resterait ouverte à toutes les forces politiques soudanaises afin de construire le Soudan, atteindre la paix et rédiger une Constitution complète.

Devant le parlement soudanais, M. Bachir a réitéré l’engagement de son gouvernement à appliquer une stratégie pour mettre en oeuvre une réforme complète dans le pays, atteindre la paix, briser la rébellion, maintenir la sécurité et la stabilité, bloquer les approvisionnements en armes et protéger les droits de l’Homme.

Il a également déclaré aux députés que son gouvernement avait adopté un plan pour renforcer les relations extérieures de Khartoum.

« Notre stratégie repose sur le renforcement de la coopération avec le Soudan du Sud et la mise en place d’un accord de coopération avec Juba en même temps que la promotion d’une coopération conjointe avec la Chine, la Russie, l’Inde, la Malaisie et le Brésil, en plus d’une ouverture des relations soudano-arabes », a-t-il ajouté.

Une réunion de l’assemblée générale de la Conférence sur le dialogue national sera organisée à Khartoum le 10 octobre.

En janvier 2014, M. Bachir a lancé une initiative appelant les partis d’opposition et les groupes armés à rejoindre un dialogue national afin de mettre fin aux crises dans le pays.

Les sessions du dialogue national ont débuté en octobre 2015 avec la participation de plusieurs partis politiques soudanais, d’organisations de la société civile et de groupes armés du Darfour.

Mais les grands partis politiques et mouvements armés ont refusé de participer à cette conférence, dont l’Alliance pour le Front Révolutionnaire, qui réunit le Mouvement de Libération du Peuple Soudanais (SPLM)/secteur nord et les principaux mouvements armés du Darfour.

Les groupes armés du Darfour et le SPLM/secteur nord insistent pour qu’une conférence préparatoire soit organisée, selon les décisions du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et du Conseil de sécurité des Nations Unies, afin de réunir toutes les forces politiques soudanaises pour qu’elles puissent s’entendre sur les procédures visant à initier un dialogue équitable avec le gouvernement. Mais le gouvernement soudanais a rejeté cette demande.

Source: Atlasinfo

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge