Sursaut : quand la rapacité l’emporte…

Lalla Mint Chérif, la ministre de la culture
Né dans l’atmosphère du renouvellement de la classe politique, le parti sursaut de la jeunesse pour la nation a enregistré durant les deux dernières années un bilan remarquable, et particulièrement au cours des dernières élections où il a devancé tout les partis jeunes de la majorité et a dérangé le parti au pouvoir UPR dans plusieurs circonscriptions.

Le parti s’est retrouvé aujourd’hui, au niveau législatif, avec quatre députés dont sa présidente la ministre Mint Chrif, qui a pu se faire élire de la tête de la liste nationale des femmes, même si son parti a perdu sa ville natale Mbout.

Les nombreux maires, conseillers et députés que le parti a obtenu sont sensés lui donner un nouveau souffle, occuper ses jeunes cadres dans des postes électifs, et permettre aux autres artisans de cette victoire de se positionner dans l’administration au service du parti et de la nation, pour laquelle ceux-ci « sursautent ».

Malgré le grand besoin, le parti est sur le point de perdre un de ses quatre sièges à l’assemblée. Il semble que madame la ministre-député n’est pas du tout prête à passer le portefeuille ministériel à ses camarades du parti et préfère faire perdre au Sursaut le point d’avance qu’il a sur ses semblants. Une décision que seul l’égoïsme et la rapacité humaine peuvent expliquer. En agissant ainsi, Mint Chrive exprime, au vu et au su de tous, son attachement aux privilèges du portefeuille, au détriment des intérêts du Sursaut, de la Jeunesse et de la Nation.

Il serait inutile de rappeler les multiples défaillances qu’a connues ce parti dans ses deux ans d’existence, les dizaines de démissions et de gels d’activités, dont la dernière en date est celle d’Ould Nouh que madame la ministre semble mépriser pour ses origines ; ce qui doit susciter de profondes réflexions sur l’habilité de Chrive a gérer un département ou la consolidation de l’unité nationale est la principale mission.

La concomitance avec les livres dans leur maison au Gorgol ne nous a apparemment pas servi à grand-chose ! Les maîtres de l’Institut Mauritanien de Recherches Scientifiques rigolent, à présent, de la première visite de leur tutelle qui leurs a demandé de respecter les horaires de travail administratifs pour la recherche; une ingéniosité pour la recherche scientifique !

Passons-en car l’encre vaut plus que d’être versé dans les ingéniosités du PRDS et d’ADIL qui ignorent tout de la science et de la culture, et pour qui la jeunesse est une carte électorale à utiliser et lancer au besoin. Au parlement, ils existent énormément de siéges, de micros et de caméras; le Sursaut, la jeunesse, la culture et le sport méritent mieux.

Source : Seck Alpha

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge