Syrie – ONU : des étoiles en plein jour,

L’escalade de la violence limite la possibilité d’observer, de vérifier et de porter assistance pour les projets de dialogue et de stabilité en Syrie, et font obstacle à la capacité des observateurs de l’ONU qui ont suspendu leur mission jusqu’à nouvel ordre. Il s’agit d’une suspension temporaire, qui sera réexaminée au jour le jour. Les patrouilles ne pourront reprendre que lorsque la situation le permettra, car pour le moment les risques sont trop élevés en Syrie. Des civils innocents, des hommes, des femmes et des enfants sont tués tous les jours. Et cela augmente aussi les risques encourus par les observateurs de l’ONU, depuis le début de leur mission en avril, les patrouilles des observateurs ont à plusieurs reprises été la cible de tirs. Les opposants leur reprochaient de ne pas pouvoir enrayer le cycle de la violence. La présence des observateurs, malgré les discussions entre Kofi Annan et Bachar el-Assad, n’ont pas arrêté les exactions commises par le régime syrien. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) au moins 26 personnes ont péri dans les violences ce samedi et plus d’un millier de familles sont encerclées et bombardées dans plusieurs quartiers de Homs, bastion de la contestation, dans le centre de la Syrie. L’OSDH a exhorté le secrétaire général de l’ONU Ban ki-Moon à intervenir immédiatement pour faire arrêter les bombardements incessants sur les quartiers de Homs afin d’évacuer plus de 1 000 familles encerclées, comprenant des enfants et des femmes.


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind