Tchad : Attentats meurtriers de N’Djamena, la justice livre les premiers indices, la frontière avec le Cameroun fermée

 

la frontière Tchad-CamerounSelon le procureur de la République près le tribunal de première instance de N’Djamena, les attaques qui sont le fruit d’une préparation bien huilée, laissent supposer que des « complices se cachent derrière », a déclaré, Alkassim Khamise.
La justice a par ailleurs indiqué d’une enquête a été ouverte afin d’identifier « les coupables et leurs complices », a précisé Alkassim Khamise.
D’autres sources laissent entendre que l’attentat aurait été commis par 3 membres appartenant à la secte Boko Haram.
Les enquêtes ouvertes après les attentats de lundi, ont permis de retrouver un détonateur électrique de fabrication artisanale, grâce aux opérations menées ce mardi, par le Haut-commissariat national de déminage (Hcnd), tchadien, sur les lieux des attentats survenus, à l’école de police et au commissariat central de la capitale.
Depuis les explosions de lundi, les forces de sécurité et de défense, procèdent à la vérification des véhicules stationnés, dans les environs des lieux des attaques, qui peuvent permettre de trouver des indices, pour reconstituer la nature des explosifs.
Dès que le procureur a été informé des attentats, il s’est rendu sur les lieux avec des représentants de la police scientifique, afin d’aider à déterminer la nature des engins utilisés, leur type de fabrication, leur provenance. A ce jour, les individus interpellés l’ont été uniquement pour des besoins d’enquête, apprend-on de la presse tchadienne.

Des policiers ont été arrêtés pour complicités.

Le parquet de première instance de N’Djamena, a ouvert une enquête pour homicide volontaire, assassinat, coups et blessures et homicide involontaire, infractions prévues et réprimées par le code pénal tchadien. Deux autres véhicules bourrés d’explosifs, ont été retrouvés à N’Djamena.
Par ailleurs, Idriss Deby s’est exprimé pour la première fois depuis les attentats. Le numéro un tchadien, a réaffirmé la détermination de son pays à combattre la secte islamiste jusqu’au bout, »le Tchad va répondre à cet affront de manière appropriée et rapide », a promis le président tchadien.
Pour des raisons de sécurité, le Tchad a fermé sa frontière avec le Cameroun. Les tchadiens à Kousseri sont interdits de la franchir. Selon des sources sécuritaires, c’est par cette voie que les terroristes de Boko Haram, sont entrés.

Source: Koaci.com 

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge