TEDx-Nouakchott : Première édition

Tedx-Nktt

La première édition de TEDxNouakchott s’est tenue Vendredi dans la capitale mauritanienne, sur le thème : « Individual act, global progress (Chaque acte individuel peut avoir un impact global) ».

Créé dans l’esprit de la mission de TED : «Les idées méritent d’être diffusées», le programme TEDx est conçu pour donner aux communautés, aux organisations et aux individus la possibilité de stimuler le dialogue à travers des expériences au niveau local.

Pour cette édition de Nouakchott, des Speakers (orateurs) se sont succédés sur scène pour parler de leur propre expérience individuelle et son impact global.

Parmi les intervenants, Ely Cheikh, maître de  kick boxing. Il a déploré les préjugés qu’ont les Mauritaniens sur le sport.  » En Mauritanie on colle une mauvaise image au sport, surtout celui de combat. Certains voient d’un mauvais œil les femmes qui le pratiquent; d’autres considèrent le sport comme perturbateur des études. Mais nous avons des arbitres et entraineurs mauritaniennes et des jeunes qui évoluent kick boxing et qui, en même temps, sont brillants à l’école « .

Jemil  Mint  Bouka médecin militaire, a dû passer d’impossible en impossible, au moins aux yeux de son professeur et de sa mère, pour réussir, malgré qu’elle était littéraire, son bac scientifique, son stage de tirs aux armes, avec félicitations de son commandant. Elle est aujourd’hui médecin militaire, mais elle a encore du mal  à imposer son titre:  » À l’hôpital on me dépasse pour demander : Où est le médecin ? Le problème c’est qu’on accorde peu de confiance aux jeunes et aux femmes dans certains domaines. Comment peut-on par exemple exigé une expérience de 5 ans à un jeune qui fait ses premiers pas  dans le marché du travail ? »

Tabara fondatrice d’une ONG de soutien au talibés (élèves coraniques) a raconte »En  rentrant un soir à la maison, j’ai rencontré un enfant mendiant dans la rue.  Je lui ai demandé de rentrer parce qu’il faisait tard. Il a répond qu’il n’osait pas sans amener de l’argent au marabout. J’ai insisté. Il a demandé alors de lui donner 200 UM. Malheureusement je n’avais rien sur moi. Une fois chez-moi J’ai décidé de créer une ONG pour soutenir ces enfants qui vivent une situation difficile « .

Source : Alakhbar

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge