Tidjikja : Mohamed Ould MBareck contre le travail des enfants

Mohamed Ould MBareck

Le président de l’ONG « Lutte contre le discours extrémiste» Mohamed Ould MBarreck a annoncé, jeudi dernier à Tidjikja, son engagement à mener une guerre sans relâche contre l’exploitation honteuse des enfants par des adultes qui les font travailler.

Ould MBarreck s’est dit déterminé à livrer cette guerre à Tidjikja et partout en Mauritanie contre le travail des enfants de la tranche d’âge de 5 à 11 ans. « Je trouve inhumain que ces êtres innocents soient exploités par des adultes sans vergogne.

L’impunité a longtemps duré, il est temps d’y mettre un terme et je m’emploierai à mettre à nu cette pratique en dénonçant ses auteurs » dira-t-il avant de renchérir : « j’ai vu un enfant de 10 ans qui tirait un bidon de 20 l et qui se faisait rabrouer par une méchante femme sans cœur qui lui donnait par moment des coups.

J’ai vu le regard triste et implorant de l’enfant et depuis ce jour j’ai pris sur moi l’engagement de venir en aide à tous les enfants victimes de la méchanceté des adultes ».

Mohamed Ould MBarreck précisera toutefois que la lutte qu’il mène n’est pas de diviser les mauritaniens, elle n’est pas, non plus, inscrite dans le cadre de la lutte contre l’esclavage et n’a aucune connotation raciale : « Ma lutte s’adresse à tous les enfants mauritaniens blancs et noirs qui sont exploités et qu’on fait travailler précocement » devait-il préciser.

Il fera savoir par la suite que son ONG sera très sévère et traquera tous ceux qui s’adonneront à cette activité sordide. Elle dénichera les enfants qui ne sont pas scolarisés et qui sont maintenus dans les maisons pour des taches domestiques afin de les libérer de leur joug.

Dans l’une de ses digressions, Ould MBarreck , s’en prendra sévèrement aux politiciens qui font de l’achat de conscience leur fond de commerce pour gagner les élections en vue. « Je suis entrain de réunir les preuves et le moment venu je les publierai pour confondre ceux qui continuent encore à perpétuer les anciennes pratiques en porte à faux avec les orientations et recommandations du Président de la République.

Il invitera enfin l’agence Tadamoum à apporter le plus vite possible le soutien nécessaire aux populations des Adawaba. « Je ne suis pas sûr que Ould Mahjoub , actuel directeur de cette agence de lutte contre les séquelles de l’esclavage, soit le mieux indiqué pour bien la gérer. C’est un homme honnête et sérieux mais il lui manque l’efficacité.

L’ONG « Lutte contre le discours extrémiste» propose qu’on le remplace par un administrateur (ancien Wali ou ancien préfet) connaissant bien les réalités socioéconomiques de ces Adawabas et que ce dernier soit entouré par des filles et fils de ces Adawabas » devait-il conclure.

Khalil Sow –Tagant

 

Source : Khalil Sow

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge