« Timbuktu » reste dans la sélection officielle du Fespaco au Burkina Faso

«Timbuktu. Le Chagrin des Oiseaux»,RFI: Le film Timbuktu sera bien projeté au Fespaco, le festival du film africain à Ouagadougou. Une annonce faite par le ministre de la Culture burkinabè, ce vendredi. La fiction du réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako, contrairement aux rumeurs qui circulaient depuis plusieurs jours, reste donc dans la sélection officielle du festival.

Une rumeur selon laquelle Timbuktu pouvait être déprogrammé du Fespaco pour des « raisons de sécurité » circulait sur Internet depuis plusieurs jours. Le président burkinabè avait même demandé aux organisateurs du Fespaco de maintenir la diffusion du film.

Après quelques jours de polémique sur le sort du film, le ministre de la Culture Jean-Claude Dioma a mis fin ce vendredi à toutes les supputations. Timbuktu subira le même traitement que les autres films. Il sera projeté dans les salles pour le grand public et le jury l’appréciera dans les mêmes conditions comme tous les autres films en compétition.

Revenant sur les origines de la polémique sur la programmation de Timbuktu, Jean-Claude Dioma raconte : « Le film était projeté lors d’un festival en Europe, et Frédéric Korsaga ambassadeur du Burkina Faso en Belgique avait attiré l’attention des autorités burkinabè sur des risques d’attentat pendant la projection et il fallait prendre ces risques au sérieux ».

Afin de permettre un bon déroulement du festival, le ministre burkinabè de la Culture appelle les festivaliers et le public au calme et à la sérénité, car toutes les dispositions utiles sont prises par les services de sécurité burkinabè. « Pour accompagner la diffusion du film, des mesures sécuritaires renforcées vont être prises pour que les festivaliers, les réalisateurs et le public puissent vivre cette semaine du cinéma africain », précise Jean-Claude Dioma.

Les cinéastes souhaitent que le maximum de films soient projetés au cours du Fespaco et le ministre de la Culture rassure que cette édition ne va pas déroger à la règle et qu’« aucun film ne sera censuré ».

Timbuktu, qui dénonce les exactions commises par les jihadistes dans le nord du Mali avait raflé, la semaine dernière à Paris, sept récompenses aux César, dont celle du meilleur film.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge