Touche Pas à Ma Nationalité : Aucune légitimité pour un président élu sur la base d’un fichier électorale « raciste et discriminatoire »

DiatouchepasDans un communiqué parvenu à notre rédaction, le mouvement Touche Pas à ma nationalité (tendance Dia Alassane), a dénoncé le système d’enrôlement en vigueur en Mauritanie depuis 2011. Il s’y ajoute, «Le refus d’enrôler les rapatriés mauritaniens du Sénégal, les rejets quotidiens de milliers de citoyens pour des motifs fallacieux et l’obstruction systématique à l’enrôlement de la diaspora noire en Europe » qui constituent aux yeux des responsables de cette organisation, des exemples qui illustrent le «caractère raciste et discriminatoire de ces opérations », note le communiqué.

A travers le même document, TPMN contexte et révèle que «les sahraouis, les touaregs et autres arabes du Mali sont enrôlés à tours de bras par simple affinité épidermique » pendant que d’autres mauritaniens, les esclaves notamment, souffrent pour leur enrôlement. En outre, il a soutenu que le régime du Président Mohamed Ould Abdel Aziz, a exclu également «tous les pauvres du droit de vote».

Fort de son constat, TPMN considère «qu’il n’y a point de démocratie sans la reconnaissance préalable de la citoyenneté pleine et entière de l’ensemble des filles et fils du pays au-delà de leurs appartenances raciale, ethnique, tribale ou sociale ». Et par conséquent, selon toujours le communiqué, «Il n’y aura point de légitimité pour un président issu d’une élection basée sur un fichier électoral raciste et discriminatoire».

Cette position indique que Dia Alassane et camarades, ne se sentent nullement concerner par cette élection en perspective qu’ils taxent de « mascarade en vue » pour «entériner le génocide biométrique initié par le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz».

«Nous en appelons à la responsabilité de tous et en premier lieu à celle de la classe politique, au régime en place accroché à son pouvoir comme à l’opposition qui n’a d’autre objectif que de l’en déloger, et nous rappelons qu’au-delà des querelles pour le contrôle du pouvoir il y a l’intérêt suprême de la Mauritanie qui est en jeu, celui de sa survie. » soutient le mouvement.

Enfin, Dia Alassane et camarades interpellent l’opposition boycottiste pour une «réelle prise en charge des problèmes nationaux et pour la destruction du système raciste et esclavagiste qui régit la vie de notre pays depuis l’indépendance ». Toutefois, ils soulignent que le boycott aux lèvres ne suffit pas mais«il faut agir pour que ce système soit à jamais banni».

Badiana

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge