Tous les français sont égaux devant la loi. Mais « certains sont plus égaux que d’autres »,

égauxTous les français sont égaux devant la loi. Mais « certains sont plus égaux que d’autres »,

Tous les français sont égaux devant la loi. Mais « certains sont plus égaux que d’autres », et tellement plus égaux qu’on peut se demander si la loi n’en a pas perdu ce qui la caractérise : elle doit être générale et abstraite. Ainsi, des lois spécifiques furent votées qui protègent une partie de la population française, et c’est tant mieux.
En janvier 2015, de jeunes français commirent en France des crimes abominables sur d’autres français au nom de l’islam. Ni l’islam, ni les musulmans ne sont, ni ne sauraient être pris pour responsables de telles abominations. Mais bien avant l’affaire « Charlie Hebdo », déjà, l’islamophobie s’était installée et progressait.

En attestent : les formations politiques de droite, et même du centre, nécessité électoraliste oblige, qui suivent de façon « décomplexée » le front national dans sa rhétorique de diabolisation des musulmans, les rendant responsables de tous les maux de la France (chômage, déficit de la sécurité sociale, insécurité, etc.) ; des intellectuels, chroniqueurs, communicants qui investissent des média favorables à leurs analyses de victimisation des arabes, des africains et toujours des musulmans ; des livres dont le succès commercial s’explique par le fait que leurs auteurs notoirement islamophobes et xénophobes diraient tout haut ce que tout le monde pense tout bas ; etc.
Aujourd’hui, avec la cinquantaine d’agressions contre les lieux de culte musulman, avec l’affaire de la minute de silence dans les écoles, les six millions de français musulmans, en plus de la frustration et du sentiment d’injustice, ont peur. Le Président François Hollande répond : « je veux que les musulmans de France se sentent unis, protégés et respectés…. ». Une loi, à l’instar d’autres, y contribuerait positivement. Aussi, et pour favoriser l’unité nationale et le vivre-ensemble de toutes les composantes de la population française, je lance un appel pressant à toutes les organisations politiques et sociales, associations, personnalités pour qu’elles adressent au Président de la République, au Premier ministre et aux Présidents des deux chambres du parlement une pétition demandant qu’une loi criminalisant l’islamophobie soit votée. Hier, le Président de la République n’a-t-il pas parlé pour la première fois d’islamophobie ?

Source : Rapide Info

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge