Tout dire sans détour

Le présidentMohamed Ould Abdel Aziza décidé d’innover dans ses visites de l’intérieur du pays. Le 2 8 mai prochain, alors qu’il entamera sa tournée dans la Willaya du Brakna, il devrait s’adresser directement aux populations. Apparemment, les réunions pompeusement appelées « réunions des cadres » ne l’ont pas convaincu. A Aleg, capitale de la Willaya du Brakna, ce sera certainement pour le président de la République l’occasion de faire une synthèse de l’ensemble des discours qu’il a prononcés ces dernières semaines à l’intérieur du pays.

Jusqu’à présent, l’ironie qui le dispute à la banalisation de l’autre, si ce n’est le mépris dans les propos de Ould Abdel Aziz rend plutôt l’appréhension des dossiers encore plus compliquée, y compris même pour certains de ses collaborateurs. Un Chef se doit d’abord d’être clair et décidé. Vouloir faire une omelette sans casser l’œuf est impossible. Bâtir la démocratie et la justice sur la négation et le refus systématique d’évoquer les épineux problèmes du pays dans toute leur intégralité et de leur proposer des solutions claires et précises, est un pari presque utopique.

A Aleg le Chef de l’Etat prêchera des Mauritaniens convaincus de la nécessité sinon de l’obligation de sortir du cercle vicieux : un dialogue avec l’opposition qui n’a ni tête ni queue, errements de l’Etat, règne d’une oligarchie de voleurs, enrichissement des proches du Palais ocre, pauvreté, chômage, menace réelle de sécheresse et de famine… Ces mêmes Mauritaniens, patriotes sincères et observateurs lucides, comprennent que les discours creux tels ceux qu’il a l’habitude de prononcer, sont loin d’arrondir les angles et de répondre á leurs nombreuses attentes. Ils ont plutôt l’impression que cette idée de la Mauritanie nouvelle fondée sur la justice en prélude á une démocratie réelle peine encore á trouver ses marques. Tellement les contradictions sont nombreuses et occultées. Sans évoquer ces contradictions, nous n’arriverons jamais á les dompter, á moins que nous ne ressortions les matraques et les lacrymogènes pour taper sur ceux qui pensent le contraire ou soutiennent autre chose que ce qui est officiellement proposé.

La vision développée aux premiers moments de pouvoir du président Ould Abdel Aziz semble avoir été détournée. A l’entame, l’homme paraissait comme un messie promettant ciel et terre à ceux-là qui voulaient bien le croire. Près de huit ans plus tard, les réalisations sont loin de répondre aux attentes et aux espoirs.
Aujourd’hui toute l’attention se focalise sur la situation socio-économique et politique du pays. Où est la vision d’avenir qui avait été proposée par le chef de l’Etat qui se fonde sur un socle solide et pérenne ? Où en est-on avec ce dialogue entre majorité et opposition ? Quel sort réserve-t-on aux populations meurtries aujourd’hui par une crise qui refuse de prendre fin ?

Le temps est venu de jouer franc jeu avec les populations aux fins de les sortir de l’ornière du diable ! Nous l’avons toujours soutenu dans nos colonnes que la Mauritanie doit réécrire une nouvelle page blanche de son histoire sur la base de la vérité. L’équation est pourtant très simple : que le président Ould Abdel Aziz et son pouvoir prennent leur courage par les deux mains et ouvrent des discussions franches avec l’opposition sur toutes les questions nationales. Qu’ils se soucient réellement et sans détour du quotidien du peuple, et qu’ils l’associent dans la gestion des biens publics, et voilà les problèmes de la Mauritanie résolus.

Sommes-nous inertes à tel point de perdre jusqu’à la lucidité de profiter pleinement de l’occasion qui nous est actuellement offerte pour réorganiser la maison Mauritanie au grand bonheur de tous ? La sortie à venir du Chef de l’Etat est justement attendue pour la réponse à cette question.

Amar Ould Béja

 

Source: Lauthentic

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge