TPMN: L’Etat raciste mauritanien renie ses propres citoyens et accueille des Touaregs

« L’Etat raciste mauritanien renie ses propres citoyens et accueille en même temps des milliers de Touareg sur son sol comme si ce qui comptait c’est la couleur de la peau », a conclu le rapport de TPMN sur la situation des déportés mauritaniens en grève de la faim, depuis des semaines, devant le siège du HCR à Dakar.
Le rapport (voir ici) a été présenté, dimanche 15 juillet, au cours d’une conférence à Nouakchott, par le coordinateur de Touche pas à ma nationalité, Abdoul Birane Wane, qui s’est rendu, du 30 juin au 12 juillet 2012, auprès de ces déportés.

Selon le rapport, les déportés négro-mauritaniens restés au Sénégal sont estimés en tout à plus de 40.000  « même si le général (Mohamed Ould Abdel Aziz) avec la complicité du HCR a annoncé le retour en Mauritanie de la dernière vague de déportés au mois de Mars 2012. »

Ces déportés sont «abandonnés à eux-mêmes» et «ne sont plus protégés par les différentes conventions internationales relatives aux réfugiés car, ils ne sont plus considérés comme tels par le HCR », appuie le rapport, qui estime que le HCR, les Etats du Sénégal et de la Mauritanie «fuient» leurs responsabilités.

Le rapport constate aussi que les femmes qui font partie des couches les plus vulnérables constituent une partie importante de ces déportés négligés par le HCR. « Elles sont dans leur majorité veuve, ou divorcées ayant à leurs charges de nombreux enfants alors qu’elles sont démunies et n’ont plus le statut de réfugiés qui leur procurait certains privilèges, quel est l’avenir de leurs enfants dans ces conditions? »

Ces mauritaniens, qui «ne peuvent plus supporter leurs conditions de vie indécentes ont voulu rappeler leur droit à la dignité en tant qu’êtres humains, c’est ce qui explique la grève de la faim», soutient TPMN.

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge