Traque du mauritanien Cheikh Ould SALEK : Les neuf personnes arrêtées et transferées à Dakar libérées

en_prison_MSDFml_201Faute de preuves suffisantes, le procureur de la République n’a pu retenir les neuf présumés complices de Cheikh Ould Salek en détention. Transférés à Dakar après quelques jours d’enquête à Saint-Louis, ils ont été relaxés hier. Les neuf personnes arrêtées et transférées à Dakar dans le cadre de la traque du terroriste mauritanienCheikh Ould Salek ont été finalement relaxées hier.
Le procureur de la République n’a pas suffisamment de preuves pouvant permettre de poursuivre ces présumés complices de Cheikh Ould Salek. Au début de la semaine dernière, des perquisitions ont été effectuées par les forces de l’ordre dans des hôtels et autres maisons d’hôtes à Saint-Louis. Cette opération a permis d’appréhender une dizaine de personnes.
La présence de Cheikh Ould Salek a été annoncée dans la ville du nord du Sénégal. Mais, à la fin, ce sont les neuf qui ont été placées en garde à vue avant d’être transférées à Dakar et présentées au procureur de la République.
Evadé dernièrement de la prison centrale de Nouakchott, Cheikh Ould Salek, membre d’Aqmi (Al Qaïda au Maghreb islamique), était poursuivi pour tentative d’attentat à la voiture piégée contre le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz. Il a même été condamné à mort dans son pays pour ce crime.
Depuis l’annonce de sa présence à Saint-Louis, les forces de l’ordre de la vielle ville mènent une traque sans répit du terroriste et des personnes avec qui il serait entré en contact.
Le caractère sensible de cette affaire a fait que les autorités policières ont peu communiqué. La chasse à l’homme se poursuit toujours. Cheikh Ould Salek, âgé de d’une trentaine d’années, est aujourd’hui l’homme le plus recherché entre laMauritanie et le Sénégal.
Selon des médias mauritaniens lus par l’Enquête, la police de ce pays frontalier du Sénégal a intercepté, dans l’après-midi du vendredi, un appel téléphonique émis par Cheikh Ould Salek vers une personne localisée dans le quartier Eïn-Telha, au nord de la capitale Nouakchott.
Un périmètre de sécurité dressé le même jour a seulement permis de mettre la main sur une femme intégralement voilée dont on ignore si elle est la réceptrice de l’appel suspect ou non.

Ndiol Maka SECK

Source : Le Soleil

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge