Trois Questions à M. Samory Ould Beye, secrétaire général de la CLTM et président du Mouvement El Hor : “Le discours du 9 janvier est une machination”

Le Calame : vous avez probablement suivi le discours du président de la République prononcé, le 9 janvier dernier au terme de la marche de l’UPR consacrée à l’unité nationale. Quelles appréciations vous cette sortie?

Samory Ould Beye : Les mauritaniens ont tous compris, à mon avis que cette marche était l’occasion pour ne pas dire un prétexte pour Ould Abdel Aziz de dire devant les mauritaniens qu’il est le seul garant et protecteur de cette communauté, il est son rempart contre le danger des Harratine et entend poursuivre cette tâche. Dans ce discours, il a voulu remobiliser les maures et leur cohésion autour de lui. Il a voulu créer la psychose chez les maures pour se maintenir au pouvoir, parce que l’option du 3e mandat a avorté déjà.

Pour lui, les Harratines veulent se venger des maures et il faut leur faire le barrage et les protéger. Il l’a dit clairement, « votre armée », c’est-à-dire, celle des maures va assurer « votre protection ». Le discours du 9 janvier est une machination, une intimidation pour les Haratines et les négro-africains. C’est clair comme l’eau de roche, mais nous nous opposerons à ce projet d’exclusion.

– Cette sortie intervient quelques jours après une vive polémique qui vous a opposé au ministre de la fonction publique qui demandait aux syndicalistes que vous êtes de prendre part à la marche décidée par l’UPR. On vous a accusé, suite à un Tweet d’avoir tenu des propos incitant à la violence et pouvant constituer une menace sur l’unité nationale et qui vous ont valu une interpellation par la police. Vous sentez-vous visé par les propos du président qui a menacé de traduire devant la justice tous ceux qui tiennent les discours haineux les qualifiant même de « criminels » ?

-Je pense qu’Ould Abdel Aziz a un agenda caché. Le meeting du 9 janvier participe de cela. Je vous rappelle que lors de son discours de Néma, il s’était attaqué vertement aux Harratine dont les femmes faisaient, selon lui trop d’enfants. Pire, lors de la dernière campagne électorale, il a enfoncé le clou en déclarant que les groupes extrémistes ne vont pas entrer au Parlement. L’allusion était claire, il visait les candidats Samory Ould Beye et Maalouma Mint Bilal.

Nous avons acquis, nous, la certitude qu’Ould Abdel Aziz s’évertue, depuis son arrivée au pouvoir, à créer un Etat exclusivement Beidane et l’ensemble des actes qu’il a posés tendent à le confirmer. Les festivals des villes anciennes sont une parfaite illustration. Ces rencontres au cours desquelles sont conviés des Sahraouis, des Touaregs et des Arabes mêmes constituent l’occasion pour Ould Abdel Aziz de vanter et de magnifier la culture exclusivement maure.

Il s’y ajoute une campagne pour la résistance contre la colonisation qui voudrait accréditer la thèse selon laquelle seuls les maures ont opposé une résistance à la pénétration coloniale. Tout cela vise à fragiliser, réduire et à effacer l’élément noir de l’histoire de ce pays. C’est la politique du président Aziz, de ses généraux et de l’aile bath du régime.

Et pour avoir dénoncé ce projet macabre, il s’attaque aujourd’hui à nous, Haratine mais aussi aux négro-africains et menace même de nous jeter en prison ; c’est peine perdue, nous ne reculerons pas devant ces menaces. Il est aujourd’hui acquis qu’Ould Abdel Aziz est en guerre ouverte avec les Harratines dont des leaders se battent pour déjouer ses plans en dénonçant la marginalisation et l’exclusion dont ils sont l’objet dans ce pays. Allez voir ce qu’ils représentent dans tous les secteurs du pays. C’est incompréhensible et inacceptable parce que ça engendre les crispations entre les communautés. Ce qui vient de se passer au sein du ministère de la fonction publique pendant une réunion et que j’ai dénoncé dans un Tweet en est une parfaite illustration. Un citoyen déclare publiquement que les maures sont armés et qu’ils vont descendre le jour de la marche avec leurs armes. Il n’avait pas besoin de le dire parce que cela n’est un secret pour personne. Voilà ce que j’ai tenu à dénoncer. J’ai simplement sonné l’alerte, en invoquant le cas du Rwanda. Au lieu de prendre toute la mesure du risque, c’est toute la République qui s’agite et me tombe dessus.

Que pensez-vous de la décision du gouvernement d’instituer une journée nationale de lutte contre la discrimination ? N’est pas là un pas important ?

-L’institution de cette journée et l’arrestation de gens ayant prononcé des propos jugés « haineux » participent de la politique de diversion à laquelle le pouvoir nous a habitués. C’est un leurre. Elle vise à nous détourner de l’essentiel, à savoir construire un Etat de droit au sein duquel tous les citoyens cohabitent avec le respect de leur différence et de leur diversité ; un Etat au sein duquel tous les citoyens sont égaux devant la loi et dispose des mêmes droits. Tout le reste n’est que chimère. Un texte ne peut pas régler une question aussi importante et délicate que celle-ci. Que de textes avons-nous vus passer ? Ont-ils été appliqués ? C’est un leurre. Conscient de tout cela, nous continuerons à dénoncer cette politique, à nous battre pour un véritable Etat de droit. Quel qu’en soit le prix.

Propos recueillis par DL

Source : Le Calame 

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *