TV Elwataniya : Un grand militant ..qui commet de grandes erreurs ?

Messoud croise les brasDu calme, S’il vous plaît cette nuit n’est pas une nuit normale, et l’invité n’est pas un invité ordinaire, le contenu de la contradiction de l’émission dont le « timing » est intervenu dans un moment extraordinaire caractérisé par un degré élevé de confusions et d’expectatives n’est pas également ordinaire…

C’est, en effet, seulement après quelques heures après une manifestation de désapprobation des élections du 23 novembre organisée par la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) et avant quelques heures de peu supérieures à celles-ci qui nous séparent du démarrage officiel de la campagne électorale de ces élections là.

Seulement trente heures qui nous séparent de l’heure fatidique de ce démarrage officiel de campagne du 23 novembre… sans que personne ne puisse être sur qu’elle aura lieu comme prévu tout comme le scrutin du 23 novembre lui-même ! Dans cette ère de confusion mêlée à l’expectative nul ne sait de quoi sera fait demain. La campagne démarrera t-elle ou non ?

Les ministres candidats seront-ils libérés pour cette fin ou non ? L’assemblée nationale siègera t elle pour la session du budget 2014 ou non? L’observatoire des élections sera-t-il mis en place ou non ? Y aura-t-il un second miracle au parti d’El Karama (dignité, ndlr) ou non ? Le Parti Sawab se retirera t il de la compétition électorale ou non ?

Lira t on un deuxième épisode de l’article intitulé « Nahnou wel messar el hanouti », littéralement (nous et le processus boutiquier, le fameux article critique de Cheikh Ould Horma, l’ancien ministre de la santé, ndlr) ou non ? La CENI cessera t elle sa mise en scène ou non ?

Tels sont des questions dont on ne dispose pas de réponses. Mais faisons l’impasse sur le lendemain et ses questions contraignantes et le surlendemain et ses réponses. Arrêtons nous, un instant sur quelques images de la première édition de l’émission dénommée : « Jalssetoun watania » (Tribune nationale, ndlr) organisée par EL Wataniya TV ,qui mérite d’en être félicité et pour son démarrage d’activités inédit.

Au cours de cette émission, le Président Messoud a parlé d’un ensemble de sujets où il a été pertinent une fois et erratique autrefois tout en étonnant tout le monde plus d’une fois. En quoi le Président Messoud a-t-il été pertinent ? En quoi a-t-il pêché par endroit ? En quoi a-t-il été erratique ? Et en quoi a-t-il étonné ?

Il est évident qu’au lendemain de cette émission les observateurs vont diverger dans les réponses qu’ils apporteront à ces questions. Néanmoins et de mon point de vue, l’on peut dénombrer trois étapes où la divergence ne sera pas trop grande : L’une qui a explicité une erreur manifeste du Président, une autre où la pertinence a prévalu et la troisième qui a reflété un faux pas mêlé d’un étonnement général.

Ainsi, le Président avait fait une erreur qu’il a d’ailleurs reconnu, en sélectionnant les membres de la CENI. En effet, le Président n’a pas fait un effort remarquable dans le choix des sages de la CENI. Sinon il aurait choisi des personnalités connus de tout le monde dont la compétence, l’honnêteté et l’expérience en matière de supervision électorale sont avérées.

Si le Président Messoud avait tenu à parfaire le choix en question, il aurait choisi les personnes qu’il connait parfaitement et dont il reconnait la compétence avérée plus que toute autre personne pour superviser des élections avec la crédibilité requise.

Le Président Messoud a fauté lors de son choix de ses représentants à la CENI. Pour cela, il ne devrait pas s’attendre à une seule récompense. De même qu’il ne devra pas s’attendre à une double récompense s’il venait à faire un bon choix. Mais il doit s’excuser pour le déni matérialisé par ce choix impertinent pour lui-même tout d’abord et pour tous les mauritaniens par la suite.

En réalité, ce n’est pas la première fois que le Président Messoud fait délibérément le mauvais choix de personnalités lors qu’il est appelé à choisir ses représentants dans des instances.qui requièrent cela.

L’exemple illustratif de ce type de choix est celui de la personnalité politique de son parti qu’il a choisi pour la Haute Autorité de la Presse et de l’Audio Visuel (HAPA) au moment où il devait choisir pour cela, une personnalité du secteur du journalisme. Nonobstant les capacités du récipiendaire.

Nous voulons pour preuve le recours de ce membre de la HAPA à une démission pour des raisons politiques, faisant ainsi l’impasse sur une fonction importante pour laquelle, il aurait mieux valu la réserver à un journaliste compétent capable de s’y consacrer.

De même, il avait auparavant opté pour des choix plutôt anachroniques, en l’occurrence son choix au deuxième tour de la présidentielle de 2007. A l’époque le choix était entre deux candidats qui avaient globalement la même compétence, la même expérience et sensiblement le même âge aussi. La divergence entre eux se situait au niveau du fait que l’un des candidats, tout comme le président Messoud méritait ce poste, eu égard aux sacrifices multiples qu’il a consentis dans le militantisme de l’opposition, contribuant à l’enracinement de la démocratie dans ce pays.

Pendant que le second candidat choisi par le Président Messoud n’a pas de fait d’arme connu aussi minime soit il dans la consolidation de la démocratie. A contrario, il a émigré du pays jusqu’à ce que les autres ont tout sacrifié pour asseoir les fondements du système démocratique pour qu’il vienne tout bonnement récolter le fruit de tels sacrifices.

Nous sommes victimes dans ce pays du syndrome du choix de la personne qu’il ne faut pas à la place qu’il faut, (rompant ainsi délibérément le célèbre principe de bonne gouvernance: « Mettre la personne qu’il faut à la place qu’il faut » !). Ce syndrome n’est certainement pas le monopole du pouvoir en place. Car il a gagné tout le monde chez nous. Le Président Messoud n’en a pas échappé à chaque fois que l’occasion de choisir une personnalité à une instance donnée lui était offerte.

Les moments pertinents de l’intervention du Président Messoud, ont été, en fait nombreux dans cette émission. En particulier au sujet du reproche qu’il fait à la COD par rapport à son accueil de son initiative qu’elle a mis en doute implicitement. Il a même affirmé que si la COD avait accepté son initiative, il serait maintenant à ses cotés !

En réalité, la COD a pêché beaucoup par rapport au déploiement de l’initiative de Messoud, particulièrement lorsqu’Ould Abdel Aziz avait décidé de la bouder ! Mais la COD est connue pour l’absence de planification des actes politiques. Elle se limite à répondre aux actes du pouvoir souvent dans des proportions moindres.

Je me rappelle qu’il y a un moins j’ai publié au bon moment un projet de protocole d’accord entre la COD et la CAP (Coalition pour une Alternance Pacifique). Ainsi je citerai certains volets du protocole ci-après :

1°) Que la COD publie dans un communiqué explicite son accord de tous les points proposés par l’initiative du Président Messoud ;

2°) En contrepartie la CAP s’engage à travailler avec la COD à contrecarrer tout processus électoral unilatéral que mettrait en œuvre le pouvoir en cas de refus des dispositions de l’initiative Messoud.

Si la COD avait accordé la moindre importance à un tel accord en le signant avec le Président Messoud, elle aurait réussi l’une des trois éventualités :

1°) Le gouvernement se trouve dans l’obligation d’organiser les élections sur la base des propositions de l’initiative qui permettront :

– Un minimum de transparence du scrutin,ce qui pouvait conduire au déguerpissement du pouvoir par les urnes.

2°) Si Le gouvernement refuse l’initiative, l’un des deux cas prévaudra :

– Boycott élargi des élections qui regroupera la COD et la CAP
– Faire ressortir pour l’opinion publique que le Président Messoud ne respecterait pas ses engagements politiques.

La réponse de la COD ne différait en rien à la réponse du pouvoir. C’est la un syndrome propre à ce pays.

Les moments erratiques de l’émission étaient eux aussi nombreux et consistaient essentiellement dans la difficulté pour le Président Messoud à réussir la compatibilité des diverses fonctions que cumule son auguste personne. Il répond parfois en tant que Président de son parti et quelquefois en tant que Président de l’assemblée Nationale et en tant que militant des droits d’une couche sociale qui a en enduré beaucoup d’injustice.

Au cours de cette émission de la TV Alwataniya, le Président Messoud a évoqué plusieurs reprises les péripéties qu’il a vécues avec ses compagnons de lutte et de militantisme dans des termes qui pourraient être jugés non conformes à sa stature nationale actuelle.

En répondant à la question relative à l’union européenne, il a été obligé d’utiliser une terminologie qui ne convenait pas non plus à sa position hiérarchique nationale ni à son auguste personne. Pour se convaincre de ce malheureux écueil, il suffit de s’imaginer qu’un président de l’assemblée nationale d’un pays européen parle de la Mauritanie en des termes similaires.

En conclusion, le Président Messoud restera, comme je l’ai dit ci-haut, ce grand militant qui a commis de grandes erreurs !

Que Dieu protège la Mauritanie !

Mohamed Lemine Ould El Vadel
elvadel@gmail.com

Source : fureteur

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge