Un chauffeur viré par la Croix-Rouge Française demande des comptes

arton10244-0a559Abou Cissé: Mamadou Diagana, chauffeur à la représentation de la Croix-Rouge Française à Nouakchott, crie au scandale. Il déclare avoir été licencié abusivement suite à un accident involontaire survenu lors d’une mission à Kaédi.

Le chauffeur se prévaut d’un acquittement judiciaire, qui selon lui, annule toute décision administrative que son employeur pourrait prendre contre lui.

Selon lui, tout aurait commencé lorsqu’un jour, et alors même qu’il était en récupération, sa patronne, Angelica lui demanda de l’accompagner dans une mission à Kaédi.

Elle était accompagnée d’une nommée Oulèye Boye. Mamadou déclare avoir dit à sa patronne que la voiture n’était pas en bon état et qu’il y avait des révisions à faire. Mais elle insistait.

Ils quittèrent Nouakchott le 19 Septembre 2013 et à 10 kilomètres du village de Soum, ils virent une charrette transportant deux fillettes. L’une d’elles, paniquées, aurait alors sauté devant le véhicule. Mamadou aurait manœuvré le choc, mais la fillette, en sautant de la charrette serait heurtée à la portière du véhicule et décéda. Ses parents, informés du déroulement du drame, auraient refusé d’accuser Mamadou et auraient même catégoriquement repoussé la Diya que leur présenta l’oncle du chauffeur.

Ils lui ont dit que d’après le récit qui leur a été fait, c’est leur fille qui aurait commis l’irréparable en se jetant sur la voiture qui a tout fait pour l’éviter. Cependant, Diagana sera arrêté par la gendarmerie puis déferré au Parquet de Kaédi. Tous les éléments de l’enquête dégageaient la responsabilité du chauffeur qui en plus, ne roulait pas très vite, comme certains l’avaient soutenu.

Entendu par le Procureur puis par le juge d’instruction, Mamadou Diagana sera libéré sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter Kaédi. Deux mois après au cours de son procès, il fut acquitté par le tribunal. Mais son oncle, malgré le refus des ayants-droits aurait finalement réussi à leur faire accepter la Diya. De retour à Nouakchott, Mamadou Diagana, aurait été convoqué par ses supérieurs, Caroline et Romain.

Selon lui, ces derniers lui auraient signifié qu’il a terni l’image de l’institution par cet accident et que par conséquent, il était licencié. Mamadou Diagana déclare avoir été indigné par cette décision d’autant que ses deux accompagnatrices, Angelica et Oulèye n’ont même pas tenté de le défendre, car elles savent selon lui que l’accident était involontaire et que c’est sur la base de sa totale mise hors d’état de responsabilité que le tribunal de Kaédi l’a acquitté. Rien n’y fait.

Le lendemain, son licenciement lui fut notifié et une somme de 320.000 UM représentant ses droits déposés sur son compte. Mais Mamadou refuse de prendre cet argent. Il exige que ses salaires et l’intégrité de ses droits lui soient versés. Il trouve par ailleurs que ses supérieurs ont été de peu de reconnaissance, pour quelqu’un qui travaille avec eux depuis 4 ans sans la moindre faute professionnelle.

Aujourd’hui, il demande que la Croix-Rouge Française le réhabilite et lui paye ses droits conformément à la législation en vigueur dans le pays. Malgré nos efforts, nous n’avons pas eu le privilège d’entrer en contacte avec la hiérarchie pour savoir leur réaction. Affaire à suivre.

Abou Cissé

Source: Cridem

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge