Un commissaire de police accusé d’avoir ‘traité » avec des réseaux de prostituées à Nouakchott

POLICE

L’un des commissaires de police chargé de la répression et du démantèlement des réseaux de prostitution est accusé d’avoir coopéré avec leurs gérants qui lui verse chaque vingt jours une somme de 40000UM ( quarante mille ouguiyas) afin qu’ils ne soient pas inquiétés, selon notre confère Sahara (site arabophone) qui rapporte l’information.

Les éléments de ce commissaire n’effectuent des descentes sur les maisons « closes » que si leurs occupants accusent des retards sur le versement du montant négocié.

Doit-on fermer les yeux sur celui qui est chargé d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens, de réprimer ceux qui pratiquent les mauvaises moeurs et de traduire les bandits devant la justice de continuer à diriger des institutions et des personnes?

Alors que feront les autorités du pays face à un tel comportement qui encourage  la prolifération des réseaux de prostituées qui menace la santé des milliers de personnes surtout avec la poussée exponentielle des maladies mortelles telles que le SIDA, l’hépatite, le cancer,…..?

Mais si les cris proviennent de la montagne ,où, allons-nous se diriger? Ceci dit si le « patron » aussi traite, que faire?

N.S (Source Tawary.com)

 

 

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge