Un coup de maître : Aziz sacrifice nos amis espagnols pour sauver le soldat Ould Baya…

BATEAU_DUNE

VLAN : Sacré Aziz ! Quel boulanger ! Rouler dans la farine d’autres boulangers sans les enfariner est un art consommé par notre ami le roi. J’ai toujours pensé qu’à la fin des temps, les arabes et les africains finiront par être les maîtres du monde car la misère et l’impuissance obligent à développer d’autres facultés pour trouver une issue à l’expression du génie universel inné. Nous finirons par être les plus malins car la ruse sera la dernière arme du tiers-monde pour résister face à la puissance des trois autres points cardinaux devant nous dans la course à la survie avec en tête la domination des chefs de file.

Cette affaire d’accord de pêche entre la Mauritanie et l’Union Européenne a servi au pouvoir à faire tomber les européens dans un piège bédouin et ce, pour faire d’une pierre deux coups : le premier pour renforcer le front interne de lutte contre le phénomène Birame en le présentant comme le soldat de l’occident pour diviser la Mauritanie et la faire passer sous domination noire, le tout sous le fantasme d’être sous la coupe de la nébuleuse sioniste qui ferait payer à Aziz d’avoir invité l’état hébreu à quitter le territoire. Ce premier coup a donné ses fruit car à l’intérieur de la Mauritanie, le discours de Birame fait désormais peur à toute la communauté maure car cela ne promet,  ni plus ni moins, qu’un bain de sang pour les maures avec comme témoins les négro-mauritaniens qui verraient enfin ce bras armé changer de camp. Ainsi on voit, on entend un camp maure qui commence à faire bloc contre ce discours, ce qui fait le jeu du pouvoir politique d’Aziz.

Et le deuxième coup aussi efficace, c’est que cet accord qui a échoué vient redorer le blason de l’ex-colonel Ould baya, négociateur en chef qui a défrayé la chronique depuis sa sortie incontrôlée où il a avoué avoir avalé  3 à 4 milliards d’ouguiyas par an pendant 5 ans au point d’être plein à ras bord d’argent. Sa sortie a créé une terrible onde de choc jusqu’aux pieds d’Aziz au point de rendre ridicule son slogan de lutte contre la gabegie car comment peut-il dire qu’il lutte contre la gabegie quand un monsieur déclare, vidéo à l’appui, qu’il a avalé de droit 48% des produits des amendes destinés à la Délégation de Surveillance des Pêches et du Contrôle Maritime ( DSCPM) où il régna comme un de nos policiers au carrefour des milliards ?

Aziz a été obligé de s’exprimer pour dire en vain  « que la lutte contre la gabegie n’est pas un slogan ». Qui peut-il convaincre ? Même à l’IGE, on fait profil bas depuis ce terrible coup de poignard dans leurs activités qui leur retire leur reste de crédibilité comme si la lutte contre la gabegie venait d’être définitivement démaquillée malgré ses petites réussites ailleurs comme autant de feux de diversion.

Il faut dire qu’Oul Baya est un ex-colonel et Aziz ne touche pas aux militaires surtout milliardaires. D’ailleurs l’examen des différents décrets de 1996 à nos jours montre que cela va plus loin car il est clair que l’ex.PM Ould Lagdaf par un jeu de décrets s’est amusé à retirer au ministre des pêches ses droits en matière de répartition des produits des amendes pour les donner à Ould Baya et quand ce dernier, à sa retraite, a quitté la DSPCM pour devenir directeur technique du ministre des pêches, en vérité le ministre-bis, l’ex-PM Lagdaf a de nouveau traficoter un décret sur mesure pour faire suivre le droit de dispatcher les amendes au ministère de la pêche.

http://chezvlane.blogspot.com/2014/12/voila-ce-qui-na-pas-ete-dit-propos-des.html

Cette affaire a monté ce qui se passe dans ce pays où dans un certain milieu, les milliards pleuvent et circulent entre amis selon l’efficacité du crime parfait.

Jamais Aziz n’a reçu un tel coup dans sa boutique de slogans qu’avec cette affaire Ould Baya. Non pas car elle a montré la machine à milliards entre amis mais surtout parce que la lutte contre la gabegie est restée sans bouger devant cet incroyable trafic d’influence désormais sans équivoque  surtout que certains présentent Ould Baya comme notre futur Medvedev, candidat  à tenir la boutique pour notre Poutine national. Après tout pourquoi pas ? S’il arrive déjà milliardaire, ce serait une première et toujours ça de gagné pour la lutte contre la gabegie.

Pour le reste, je dis bien Poutine car quelque part je trouve Poutine bien brave face à ce que l’occident lui fait subir car pendant que les USA, la France et les anglais ont leur pré carré où ils font ce qu’ils veulent, on veut attaquer le pré carré russe qui a plus de légitimité que tous ceux des français, anglais et américains qui défendent leurs intérêts chez des peuples avec lesquels ils n’ont rien à voir ni culturellement, ni génétiquement, ni géographiquement. Surtout que chacun sait qu’à Kiev se sont des néo-nazis qui sont à la manœuvre.

Ainsi, pour revenir à nos moutons, Aziz avait un sérieux problème avec cette affaire des milliards déclarés publiquement avalés par Ould Baya. Ne pouvant engager contre lui des poursuites pour faire la lumière dans cette affaires où trempe certainement tous les diablotins de la république, tout ce qu’Aziz pouvait faire pour sauver les meubles à l’intérieur c’est de donner la preuve qu’Ould Baya est le premier patriote contre les européens qui veulent sucer nos eaux jusqu’au sable fin.

En ne reconduisant pas les accords de pêche, voilà que c’est fait surtout que, cerise sur le gâteau, le parlement européen, via une commission de deux tondus et trois pelés, émet une résolution pour traiter la Mauritanie de tous noms ayant trait à la pratique de l’esclavage le plus inhumain dont Birame, prix ONU des droits de l’homme, ferait les frais.

Ainsi le peuple mauritanien, grand amateur de complots contre lui, découvre la preuve manifeste que parce qu’Ould Baya a refusé de laisser les européens sucer nos eaux poissonneuses, l’Europe attaque notre réputation à base de résolution outrancière.

Ainsi Aziz a gagné la guerre intérieure à propos de Birame et d’Ould baya. Il a fallu pour ça passer sur le corps des initiatives de nos amis espagnols qui, fin novembre dernier, sont allés jusqu’à faire reculer la zone rouge franco-américaine en matière de sécurité pour leurs ressortissants de sorte à soutenir le tourisme en Mauritanie. Sans parler de nos accords et échanges avec les espagnols qui comme le Brésil laissent entrer sans visa les diplomates mauritaniens, voilà que les espagnols, qui sont les premiers concernés par les accords de pêche, voient leur main tendue ruinée dans l’élan.
Mais il ne faut que nos amis européens se fâchent non plus, une solution sera trouvée sitôt Ould Baya repassé et remis en selle comme sur un cintre après cet épisode de la machine à laver politique.

En parlant d’accord de pêche mauritano-européen : quand on jette un coup d’œil à l’accord signé en 2012 par Ould Baya, on découvre alors pendant que les redevances et les amendes sont payées en euros au bénéfice du trésor public mauritanien via la compte de la BCM à l’étranger, Ould Baya a réussi à gratter quelque chose pour la Surveillance Maritime, son fameux fief où désormais ce qui entre en la matière revient au ministère de la pêche, où il est conseiller technique et ministre-bis grâce au décret Lagdaf de 2011.

Ainsi une taxe parafiscale en fonction du tonnage est glissée dans le contrat avec les européens avec comme mention que les euros seront adressés au compte de la BCM  à l’étranger mais au profit de la Surveillance Maritime et non du trésor public comme les amendes et redevances.
Il faut aller faire les calculs quand on sait qu’il est question par an d’environ 300.000 tonnes. ( voir les annexes )

De même on apprend, P4  article 6 – alinéa 5, que l’Union Européenne a de quoi de fâcher quand la Mauritanie est incapable de produire les documents justifiants les appels d’offres à propos des 3 millions d’euros destinés à soutenir la pêche durable…

Comme on découvre que le poisson que l’état mauritanien donne aux misérables de temps en temps représente en fait dans le contrat avec les européens 2% des captures pélagiques transbordées ( P11 redevance en nature). Ainsi il faudrait dire aux populations d’où viennent les poissons du cœur.

http://cfp-reformwatch.eu/wp-content/uploads/2012/09/Protocole-APP-UE-RIM_2012-2014_paraph%C3%A9.pdf

Quant à monsieur Christian Dan Preda qui est à l’origine de la résolution du parlement européen à propos de l’esclavage en Mauritanie, on s’étonne qu’il soit mouillé dans l’accord de pêche européen avec les marocains l’année dernière quasiment du même montant que ce que l’EU propose actuellement à la Mauritanie soit 40 millions d’euros. De quoi faire le jeu des accusations d’Aziz qui parle de raisons inavouées motivant la résolution car monsieur Preda est toujours membre de ladite commission de développement qui suit le développement de ces accords.

http://www.statut-avance.com/1604-ue-maroc-le-parlement-europeen-adopte-laccord-de-peche.html

De même qu’on ne peut qu’être indignés par certaines motivations de la résolution européenne contre la pratique de la Mauritanie quand on y lit à propos de Birame : «  il courrait le risque d’être condamné à la peine de mort; que la peine de mort demeure prévue dans le code pénal mauritanien, sans y être réservée aux crimes les plus graves, et qu’une telle sentence est prononcée à la suite de condamnations qui reposent sur des aveux obtenus sous la torture…

…C.  considérant que d’autres militants antiesclavagistes ont, eux aussi, été arrêtés et détenus, ce qui porte à dix-sept le nombre de militants appartenant à l’organisation IRA-Mauritanie qui sont actuellement en prison; que la gendarmerie mauritanienne aurait, pour effectuer ces arrestations, eu recours à une force excessive, y compris en rouant les militants de coups de bâton, en les traînant au sol et en employant des pratiques destinées à les humilier, entre autres en obligeant les détenus à se déshabiller complètement; que les gardiens de prison auraient en outre tenté de soutirer par la force des aveux signés aux militants »

————————

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P8-TA-2014-0107&language=FR&ring=P8-RC-2014-0382

et ce, alors même qu’avant la résolution de la commission européenne le bureau du Haut Commissariat onusien  pour les Droits de l’Homme a dit après enquête que Birame et ses compagnons n’ont pas subis de torture ni de traitements dégradants.

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=664727

Quant au risque de peine de mort pour Birame, il est probable venant d’un forcené mais cela n’arrangerait pas le pouvoir qui serait le premier indexé. D’ailleurs comment Birame risquerait-il cela aujourd’hui quand il y a échappé après avoir brûlé des livres sacrés pour certains et ce, alors qu’il n’était protégé par aucun parapluie onusien ni autre sous forme de prix mérité ou non ?

Dans cette vidéo où l’on voit quelques parlementaires débiter de graves accusations à propos de l’esclavage en Mauritanie où le vrai et le faux se mêlent sans aucun souci de rigueur et où le faux l’emporte largement car la Mauritanie n’est pas  l’Afrique du Sud de l’apartheid ni plus esclavagiste qu’un grand jury  qui en 2014 acquitte systématiquement des policiers blancs qui tuent impunément des noirs désarmés ni même autrement esclavagiste moderne que la société de consommation de l’occident civilisé qui fait de la France le premier consommateur d’anti-dépresseurs en europe ou qui fait sauter par la fenêtre des vagues d’honnêtes citoyens espagnols qui ne peuvent plus payer les crédits de leur appartement suite à la crise financière car on leur annonce qu’ils doivent sortir sans délais car les banques de la société civilisée ont trop joué avec leur vie jusqu’à la ruiner.

Dans le flot des inepties, on a entendu un parlementaire dire que le patron des esclaves est « blanc » comme si l’esclavage et ses séquelles ne concernaient que les maures blancs. On peut ainsi reprendre plusieurs passages de cet épisode qui montre une commission européenne bien mal informée
.
C’est grave en ce qui concerne les accusations souvent mensongères mais c’est aussi permettre aux esclavagistes et à la raison d’Etat qui les ménage, les moyens de prouver la légèreté de la commission européenne dans le traitement de ce dossier extrêmement sensible où le remède qu’on lui administre de toutes parts de l’union européenne au pouvoir mauritanien risque d’être pire que la mal car cela ne fait que radicaliser la société en clans ethniques sans rien apporter aux victimes de l’esclavage et de ses séquelles sinon un soutien de pompier pyromane.

https://www.youtube.com/watch?v=Q5s2aHTESy8

Cela dit, fiasco à propos de l’image de la Mauritanie dans le monde, est d’abord dû à la nullité du camp mauritanien en matière de communication et d’exercice politique face à ce problème à savoir la résurgence des revendications légitimes de la communauté h’ratine. Comment oser face à un militant anti-esclavagistes, reconnu internationalement comme tel, ayant reçu le prix ONU des droits de l’homme,  comment oser dire que son organisation n’est pas reconnue sans donner raison à ceux qui traitent le pouvoir de protecteur des esclavagistes ? Comment peut-on l’arrêter pour ce motif et autres délires juridiques dépassés sinon  en Corée du nord ?

Aziz est très mal entouré, entouré de nuls dans mille domaines sauf la sécurité. Tant que cette nullité ne faisait que ternir ses mandats sans risque pour la cohésion sociale, cela était plus ou moins supportable, le problème c’est que non seulement cette confrérie des médiocres fait que l’image de la Mauritanie est ruinée à l’étranger mais en plus, chez nous, nous assistons chaque jour à la promesse de scission de la fraternité maure-hratine séculaire dont les hratines seront les premières victimes car comme aux USA, en Afrique du Sud et partout dans le monde, la cause des opprimés n’a pu vaincre les oppresseurs que grâce aux soutiens de tous, indépendamment de la couleur ou de la race car il s’agit tout simplement de progrès.

Quiconque voudra faire de la cause des hratines un cause sans le soutien des maures, ne fera que promettre à tous un malheur quotidien sans issue dont les hratines seront les premières victimes.
Quant à la nullité insondable de ceux qu’Aziz a choisis pour exercer le pouvoir, hier un site a montré qu’ils auraient pillé le texte sénégalais pour le refourguer au sommet mauritanien.

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=664837

Les mêmes causes produisent les mêmes effets car nous les avions déjà pris la main dans le sac après avoir pillé le texte sénégalais sur la cybercriminalité de surcroît…

http://chezvlane.blogspot.com/2014/04/quelle-honte-le-projet-de-loi.html

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge