Un décret présidentiel introuvable dans le journal officiel

Une enquête menée par l’hebdomadaire Alakhbar Info a révélé, ce mercredi, qu’une grâce présidentielle au profit de trafiquants de drogue et autres crimes n’a pas été publiée dans le journal officiel comme demandé dans le contenu du décret relatif à ladite grâce, promulgué le 15 février 2011.

presidence_aziz et son palaisL’hebdomadaire rappelle que cette grâce présidentielle a profité à Sid’Ahmed Ould Taya, officier de police et représentant d’Interpol en Mauritanie. Il avait, selon les procès verbaux, reconnu les faits qui lui étaient reprochés à savoir le trafic de drogue et  le blanchiment d’argent. Il avait même cité ses complices.

Cependant selon le décret, l’homme était condamné pour coups et blessures. « Sa libération a donné un coup de grâce aux arguments du Parquet qui se basait sur ses aveux dans lesquels il citait d’autres prévenus« , selon une source judiciaire.

La grâce a aussi concerné Ely Khalifa, cousin de la femme du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz.  Ely Khalifa a été condamné  d’avoir des biens publics dans une société mauritanienne de gaz Somagaz.

Source: alakhbar

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind