Un projet d’AGR au profit de 100 femmes mauritaniennes victimes de violences

AMDH-FEM-RIMWEB.NETL’Association Mauritanienne des Droits de l’homme (AMDH)  a organisé le 29 septembre une journée de restitution du rapport du projet d’appui à l’autonomisation des femmes victimes  de violence.

Ce projet d’AGR financé par le Fonds Canadien  pour la Coopération en Mauritanie a bénéficié à 100 femmes victimes de violences provenant de Nouakchott (El mina, Sebkha  et Ryad) et du Brakna( Bababé & Boghé).

5 910 000 UM pour l’autonomisation des femmes victimes de violence

Ce projet d’appui d’un montant de 5 910 000 UM d’une durée de 6 mois  a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre l’AMDH et le Fonds Canadien pour la Coopération en Mauritanie. Il vise le financement des activités Génératrices de revenus (AGR) au profit de femmes victimes de violences en vue de leur offrir « une certaine autonomie financière et de vivre dignement » a annoncé Dickel Fofana Coordinatrice du projet d’appui à l’autonomisation des femmes victimes  de violence.

Ces femmes qui ont bénéficié de formation sur les droits économiques et culturels ont eu chacune un financement de 40 000 um pour monter leurs AGR dans le domaine spécifique de la vente de denrées alimentaires et produits cosmétiques, couture et teinture.

Selon le rapport, au terme du projet « 95% de femmes de Bababé, 100% de Boghé et 100% de Nouakchott ont réussi à mener à bien leur projet et le suivent ».

Mais il faut dire que malgré ce constat, des obstacles liés au « manque de moyens de transport de l’équipe de suivis pour se rendre souvent chez les bénéficiaires, une communication espacée avec les bénéficiaires, le retard de versement des AGR de certains groupes faute de mauvais choix d’activités de leur part » ont été révélés d’après le rapport final du projet d’appui à l’autonomisation des femmes victimes  de violence.

L’avis des bénéficiaires …

Cette restitution a été l’occasion pour les bénéficiaires d’étaler leurs attentes par rapport à ce projet. Ainsi de l’avis de Kadidjetou Bakoura qui évolue désormais dans la vente de Aloe Vera l’initiative est louable mais le montant n’est pas « suffisant » jugeant en outre le remboursement, l’écoulement et le recouvrement « difficiles ». Elle plaide en outre pour la valorisation d’un « esprit d’autonomisation » des femmes qui contribuent « directement ou indirectement dans le foyer ».

Pour Aissata BA, leader du groupe de femme El Mina «  le projet est une réussite globalement car avant, elle ne disposait pas d’outils de montage de l’AGR ». Une occasion pour elle de réclamer plus de formations techniques sur la gestion et la conception de projet, la hausse du montant alloué. De son avis, la situation des bénéficiaires a été « améliorée » par cette expérience. Ces femmes, d’après elles, se sentent « plus actives, plus entrepreneurs maintenant» grâce à cet appui.

Les bénéficiaires qui poursuivent leur AGR malgré quelques difficultés espèrent au renouvellement du projet qui contribue selon Amadou Mbow de l’AMDH à «l’épanouissement de ces femmes».

Awa Seydou Traoré

RIMWEB

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge