Une campagne avec des hauts et des bas

Plus que quelques jours avant le jour fatidique qui constituera pour les candidats aux élections législatives et municipale, le point d’orgue d’une campagne qui a été jugée par tous les observateurs comme terne, inintéressante et totalement dénuée d’un débat politique véritable.  Pour combler ce vide débat, certains candidats ont rivalisé d’ingéniosité pour essayer de remporter le suffrage des électeurs. Au rang des meilleurs idées que nous avons relevé, celle du candidat des municipales au Ksar pour le compte du parti PUD, Yahya Ould Cheiguer  qui pour bien vulgariser le signe qui lui a été attribué par la CENI à savoir un chameau, a tout simplement pris un bel animal sur l’un de ses cotés le numéro 12  a été inscrit et sur l’autre les photos du candidat. Bien entendu le succès a été immédiat. Partout ou il est passé le chameau a eu un franc succès. Des dizaines de personnes sont venues se faire photographier à coté de l’animal. Résultat des courses, la campagne de ce candidat aux moyens limités a eu  l’une des plus grandes incidences et la plus grande visibilité en créant un buzz sur les réseaux sociaux en effet la photo du chameau a été partagé et tweetée des centaines de fois. Par contre deux autres listes candidates aux élections législatives ont attiré l’attention et un carton rouge pourrait leur être attribué sans peine. Il s’           agit de la liste du parti PMRC dont les candidats se sont autoproclamés,  ni plus moins : « les ambassadeurs du Prophète Mohamed PSL ».  Une autre liste conduite par  EthmaneOuld EbyEl Maaly et son collègue Mohamed Vadhil Ould Mohamed Lemine appelé tout simplement à voter pour la liste des Oulemas. Pire encore cette liste a profité de son temps d’antenne gratuit pour montrer des disciples qui embrassaient avec effusion la main de l’un des candidats. Enfin, des nostalgiques de Moawiya Ould Sid’Ahmed taya ont profité de cette campagne terne pour distribuer des photos de leur idole. Cependant un autre hommage lui a été rendu involontairement par les autres candidats et par le manque d’imagination de leurs communiquants  dont la plus part ont adopté dans leur photo de campagne la posture que l’ancien président avait lui même utilisé dans son affiche de campagne, debout saluant avec la main droite levée comme pour jurer devant une cour. En dehors de ça ont eut droit aux classiques des campagnes électorales à la mauritanienne : tentes et décibels assourdissants, défilés motorisés et soirées musicales mais faute de moyens financiers suffisants, en moins grand nombre cette fois ci. alt

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge