Une fille de 12 ans violée par l’ami de son père

fiolle violée par le pere de son ami

Pas un jour ne passe à Nouakchott sans son lot d’ignominie, de viols sur mineurs de plus en plus jeune. Cette fois, c’est une enfant de 12 ans qui a été violée et mis en état de grossesse à l’insu de sa famille par un ami de son père, Mohamed Ould Sidi, 33 ans.

Il habite à Mellah, faubourg d’Arafat, mais vient voir souvent un ami, qui loge à Netag (El Mina). Mohamed Ould Sidi disait à son ami qu’il se sentait à l’aise chez lui. Ainsi, il est rare qu’il rate un week-end sans passer la journée à Netag, causant avec son ami et sa famille.

A la longue, il avait fini par connaître l’emploi du temps de la famille. Son ami partait tôt le matin au boulot et sa femme se rendait au marché. Ne restait alors à la maison, toute seule, que leur fille de 12 ans sur laquelle Mohamed Ould Sidiavait flashé sans que son ami ne s’en rende compte.

Il commença alors à venir à la maison à ces heures où il était sûr de ne trouver que la fillette toute seule. A la longue, il avait fini par la détourner en abusant d’elle. Au fil des mois cependant, la petite commençait à changer rapidement de morphologie, plus vite que la normale. Sa mère s’en rendit compte.

Vérification faite, elle se rendit compte que non seulement sa petite fille avait perdu sa virginité, mais elle traînait une grossesse. A l’hôpital, les sages-femmes parleront de 5 mois. Acculée, la fillette passa aux aveux et dénonçaMohamed Ould Sidi.

Son père n’en revenait pas. Furieux comme un animal blessé, il se rendit à Netagmais ce jour-là, Mohamed n’était pas sur place. Heureusement, soupira le père de la fille, car sans cela, il ne serait plus de ce monde pour répondre de son ignominie. Une plainte fut ainsi déposée au commissariat d’El Mina 1.

La fille fut examinée par les sages-femmes sur réquisition médicale et Mohamed Ould Sidi, parce qu’il avait voulu faire de la résistance, fut conduit pieds et poings menottés à la Brigade des Mineurs où le dossier fut transféré. Au commissariat pour mineurs, il nia connaître la fille qu’il est accusé d’avoir violé et engrossé, et nia même connaître son ami et sa femme.

Des assertions que les policiers n’ont eu aucun mal à détruire. Entendu par le procureur de la République et le juge du 4ème cabinet, il a été déposé en prison. Le père de la fille ne parvenait pas à cacher sa colère, estimant que l’Etat doit appliquer la Chari’a pour ce genre de crime.

Rien qu’à penser aux peines dérisoires appliquées dans ces genres de crimes ici en Mauritanie et à l’idée que le bourreau de sa tendre enfant va se retrouver en liberté dans une année ou deux, ça lui faisait monter la moutarde au nez. Il sait que l’avenir de sa fille est sérieusement compromis avec ce bébé qu’elle attend et que personne ne sait encore comment on va le faire naître. « Mais c’est une enfant ! » s’était écrié le juge en la voyant.

Bande de faussaires arrêtée

Les éléments de la DST ont mis la main sur une bande de faussaires qui était arrivée à falsifier des documents de voyage mauritanien, notamment les passeports.

On parle ainsi de 500 passeports qui auraient été découvert contrefaits, d’où cette crise dans la délivrance des passeports de 30.000 UM où la fraude a été massive. Cette bande serait composée de trois individus tous issus de la Wilaya du Guidimagha. Il s’agit d’un certain Adama Issigho Traoré et ses deux acolytes,Samba Ould SIdya et Wedadi Issigho Baka.

L’authentique

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge