UNE MERE DE FAMILLE CORRIGEE CHEZ ELLE DEVANTS SES ENFANTS PAR LEUR ENSEIGNANT


Un enseignant malien du nom de Mohamed Lemine Sangaré, de père Peulh et de mère Touarègue, a été déferré mardi 6 novembre dernier puis écroué à la prison de Dar Naïm, pour violation de domicile, coups et blessures volontaires.

Mohamed Lemine a été engagé par une famille pour donner des cours à domicile à ses enfants, quatre filles dont deux au collège et deux au fondamental. Le père de la famille, Moustapha N’diaye, est un cadre d’une réputation exemplaire travaillant comme technicien à l’Asecna. Il bosse dans la boîte depuis 1982, à l’âge de 22 ans mais ne sera titularisé que quatre ans plus tard. Mohamed Lemine Sangaré, de l’avis de la famille, était grassement payé chaque mois par Moustapha qui lui donnait régulièrement des bonus pour mieux le motiver. Le soir de l’incident, Moustapha était au boulot. Mohamed Lemine se présenta tardivement, contrairement à ses habitudes. L’épouse de Moustapha lui demanda pourquoi il était venu très tardivement. Selon ses dires, Mohamed Lemine lui aurait répondu d’une manière grossière. Elle était restée bouche-bée devant la violence des propos de Mohamed Lemine qui lui aurait dit qu’elle parle trop et qu’elle n’a pas à lui demander s’il vient tôt ou tard. La femme affirme ne l’avoir jamais vu dans cet état. Puis, il aurait dit à la dame, qu’il n’a pas le temps d’enseigner et qu’il s’en va. Elle l’aurait supplié de donner au moins dix minutes de son temps pour enseigner les petites. Il aurait répondu mal. Puis, la femme l’aurait traité d’ingrat, lui rappelant les bienfaits que la famille lui a toujours fait, puis elle lui aurait demandé de rembourser alors l’argent que son mari venait de lui donner. Pour toute réponse cette fois, Mohamed Lemine aurait cogné la femme, lui donnant deux coups de tête, devant les cris hystériques des enfants. Les voisins intervinrent pour arracher le Malien à la vindicte des autres membres de la famille. Alerté, Moustapha quitta son travail à l’Asecna pour se précipiter à la maison. Il était en colère et voulait corriger le Malien qu’il alla chercher chez les voisins. Ces derniers lui demandèrent de garder le calme et tentèrent plus ou moins de contenir sa furie. Moustapha jurait que s’il avait assisté à l’incident, on n’aurait plus parlé de Mohamed Lemine, car il l’aurait tué de ses mains. Une plainte fut déposée au Commissariat de Dar Naîm 2 qui délivra une réquisition médicale à la femme de Moustapha qui était sérieusement amochée. A l’interrogatoire, le Malien nia les faits qui lui sont reprochés, mais l’état de sa victime constituait déjà pour la police une pièce à conviction irréfutable. Sa mère tenta de prendre sa défense en soutenant que c’est la femme qui a provoqué son fils. Déferré au Parquet de la République, Mohamed Lemine tenta de rameuter ses connaissances pour le sortir d’affaire. Il demanda un arrangement. Moustapha lui rappela que c’est au Commissariat que l’arrangement devait se faire lorsqu’il le lui proposa. Mais lui et sa mère furent d’une arrogance inouïe. Maintenant qu’il est au parquet, tout ce qu’il souhaite, c’est que la justice suive son cour. Après avoir écouté les deux parties, le Procureur orienta le dossier vers le juge du 5ème cabinet qui expédia l’enseignant en prison.

Liberté à un fou

Mohamed Zeine Ould Mohamed Khouna a été libéré par le Parquet après une semaine d’emprisonnement. Les limiers du DSE l’avait déferré au Parquet, après son arrestation. Mohamed Zeine avait commis un vol en tenue militaire. Le soldat propriétaire de la tenue avait même déclaré la perte de sa tenue. Il l’avait lavée et mit sur une ligne à sécher. Mohamed Zeine est passé puis l’a chipé, avant d’être lui-même pris. Son affaire a été orientée ainsi au DSE, cellule antiterroriste. Déferré au Parquet de la République, il a été ensuite écroué à la prison de Dar Naïm où il dérangeait tous les pensionnaires par ses rires, ses chants et ses danses. Sa mère informée de son emprisonnement débarqua au Parquet avec un tas de certificat et d’ordonnances attestant que Mohamed Zeine est un fou à lier. Le Procureur de la République et le juge d’instruction épluchèrent le dossier, puis interrogèrent les psychiatres dont les noms figuraient sur les documents. Tous attestèrent que Mohamed Zeine est bien fou et qu’il suit ses traitements à l’Hôpital psychiatrique de Nouakchott. Forts de ses arguments, les Magistrats le libérèrent et classèrent son dossier. Ses parents ont déclaré aussitôt qu’ils vont l’amener au village loin de Nouakchott et ne la ramèneront qu’à l’approche de son rendez-vous.

Élèves-magistrats stagiaires

Le Palais de Justice grouille depuis quelques jours d’une ribambelle de stagiaires vomis par l’Ecole National d’Administration, de Journalisme et de Magistrature. Ils suivent la pratique de ce qui devra être demain leur fonction, notamment les techniques de l’interrogation, de l’enquête judiciaire, du jugement, du rôle du Parquet et toutes les ficelles du métier que seuls la pratique et l’expérience permet d’acquérir. Chaque matin, ils se dispersent dans les différents cours du Palais, encadrés par des Magistrats qui leur donnent d’explications détaillées sur le fonctionnement de chacune des institutions de l’appareil judiciaire. Ils ont même assisté au jugement de quelques affaires et constaté de visu le comportement des Magistrats, le suivi des procédures. D’autres ont même interrogés des détenus au cours de visite à la prison de Dar Naïm, où certaines interrogations sont menées. Il s’agit de cas jugés dangereux où les Magistrats préfèrent interroger les prévenus sur place plutôt que de courir le risque d’un déplacement et d’un interrogatoire au Palais de Justice. Ainsi, en plus des cours théoriques qui leur sont dispensés à l’Ecole, les élèves-magistrats ont besoin de se frotter à la réalité du terrain parfois très différente de ce qu’on apprend sur les bancs. Certains stagiaires ont même commencé à mener des interrogatoires sous l’œil attentif des encadreurs. Le stage prendra fin dans un mois.

Abou Cissé.

Source : Lauthentique

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge