Une pensée à l’avocat qui a refusé l’omerta à propos de sa fille…

stylo-2Une fille de 20 ans d’un célèbre avocat a été agressée sur la route de Nouadhibou, tronçon entre la Case et la nouvelle ambassade des USA.  Alors que le chauffeur qui devait venir la chercher était en retard, elle a décidé de rentrer à pied. Elle habite chez sa mère et la famille du père est dans le même quartier.
Deux individus en moto l’ont menacée à l’aide d’une arme blanche et l’ont entraînée dans un coin où elle fut violée et poignardée puis les malfaiteurs sont repartis la laissant gisant dans son sang à demi inconsciente.
D’habitude dans des cas pareils, les familles refusent de porter plainte et étouffent l’affaire de peur du scandale surtout dans dessociétés religieuses où tout ce qui touche aux activités intimes est tabou et reste du domaine privé. Il faut imaginer qu’encore aujourd’hui en Mauritanie même dans les familles modernes avec des membres ayant faits des études supérieurs en occident, parlant plusieurs langues, vous ne verrez pas la famille regarder un film où viendrait « une scène » même light.
Même pendant les informations les sujets à caractères sexuels créent une gêne.
Il faut donc imaginer le choc en plus du crime abject. Soudain entre dans la famille le tabou nu, violent, criminel faisant une victime innocente dans sa chair. Le traumatisme est inimaginable.
Cela dépasse les mots… Comment réconforter la famille quand le sujet ne peut être évoqué sans remuer le couteau dans la plaie ? On peut comprendre alors que la famille essaye d’étouffer l’affaire comme la culture invite à le faire mais on ne peutqu’admirer le courage d’un père, célèbre avocat qui ose aller porter plainte contre ces fumiers.
Il faut bien réaliser qu’avoir peur du scandale c’est imaginer que l’entourage, le monde, la société pourrait ne pas compatir car c’est là où le bât blesse sinon tout le monde irait porter plainte. La société est plus criminelle que les auteurs quand il faut craindre son regard au point de ne pas oser porter plainte.
Il paraît que les malfaiteurs ont été pris. J’ai toujours pensé que pour les crimes crapuleux, il faut appliquer sans délai la peine de mort. Pas par balle, c’est trop d’honneur. Pendu haut et court.
Quant aux motos, je suis moi-même occasionnellement amateur de cet engin pour éviter la circulation. Les policiers ne nous arrêtentjamais ! or il faut vérifier les documents des pilotes pour savoir qui circule…
Cette semaine sur l’avenue Daddah, des jeunes en moto ont agressé une femme et lui ont pris son sac. Ça s’est passé 5 minutes avant que je ne passe par là.
Les motos roulent sans assurance, sans carte grise,  sans plaque sans rien  car même les assureurs ouvrent de grands yeux quand vous vous présentez avec un scooter car souvent il s’agit de vieilles bécanes arrivées en pièces détachées. Je connais bien le milieu car  ce sont surtout ceux qui n’ont pas les moyens d’avoir une voiture qui se payent cela à savoir les petits mécaniciens et les gardiens car en Mauritanie c’est mal vu d’être sur ces engins après un certain âge. Ce n’est pas respectable…
Il faut que l’état commence par arrêter les motards comme tout le monde et mette en place les documents administratifs pour que les motards puissent  être en règle sachant que ces engins fatigués coûtent entre 60 et 200.000 à l’arrivage. Cela est valablepour les assureurs…
Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge