Une punition bien populaire.

Une punition bien populaire

Hier matin, aux environs de 6h du matin, les locataires d’une maison située prés des jardins maraichers de Sebkha ont été réveillés par un étrange visiteur. Ce dernier prétendit qu’il était venu rendre visite à un ami, un maçon dira-t-il, mais ne se rappelait plus de son. Il y avait bien entendu un locataire maçon dans la concession, mais cela fait un bail qu’il est retourné chez lui au Sénégal.  » Comment se fait-il que tu oublies le nom de ton ami ?  » lui demanda-t-on. « Et pourquoi venir le chercher à cette heure, à l’aube ?  » l’interrogea-t-on. Il ne put répondre à cette avalanche de question. En le fouillant, les locataires irrités d’être arrachés si tôt de leur lit, tombèrent sur un tourne vice et un marteau dans sa poche. Au lieu de l’amener au Commissariat, ils demandèrent à leur mystérieux visiter de nager dans la fosse qu’ils venaient d’ouvrir pour la vider. Entouré dans toute part par des mines patibulaires, prêtes à le déchiqueter, le pauvre hère se glissa dans la mélasse nauséabonde, sous l’air goguenard du voisinage qui s’était attroupé. Après dix minutes de tortures sous les quolibets et les éclats de rire, le pauvre type fut autorisé à sortir. Les locataires le laissèrent filer mais lui conseillèrent de ne plus rôder dans les parages. Les habits complètement souillés, il s’en alla, puant et traînant dans ses sillages des meutes de mouche.

Après 4 mois de préventive Moussa Coulibaly crie toujours innocent

Cela fait quatre mois que Moussa Coulibaly croupit en prison pour une accusation de viol qu’il ne cesse de nier. Son présumé complice Sadio, a été libéré sous contrôle judiciaire par l’un des substituts lors du premier interrogatoire en présence de la plaignante. Comme le Procureur avait interjeté appel contre la libération sous contrôle judiciaire de Sadio, ce cas est actuellement en étude devant la Chambre d’Accusation. De toute façon, selon un cadre judiciaire, le délai est dépassé car l’affaire devrait être portée devant le juge d’instruction et le parquet pour son enrôlement dans les prochaines audiences. Le Procureur serait lui-même favorable à l’accélération des procédures pour faire passer toutes les instances dans les plus brefs délais. Il faut rappeler que Moussa Coulibaly fait les frais d’une accusation jugée fallacieuse par lui et ses amis. Occupant une chambre à trois, Moussa et ses amis déclarent avoir été réveillés en pleine nuit par une dame, qui loge dans une chambre voisine avec un concubin ouvrier. Aux trois hommes qu’elle venait de réveiller, la dame raconta avoir été violée par deux mecs qui ont disparu, son compagnon étant de garde cette nuit-là. Les trois garçons téléphonèrent à l’amant pour lui raconter ce qui venait de se passer. Ce dernier se fit remplacer par un collègue et vint dare-dare à la maison. Une plainte fut déposée, mais ce qui semble bizarre pour les trois hommes, c’est que le lendemain à la police, la femme a accusé deux parmi les jeunes, justement Moussa Coulibaly et Sadio. Ces deniers ont beau expliqué que la femme mentait, rien n’y fit. Ils seront gardés à vue et déferrés au parquet. Alors que Sadio bénéficiait d’une liberté sous contrôle judiciaire, Moussa fut envoyé en prison.
Une personne, trois passeports

La Brigade Mixte de la Gendarmerie a déféré au Parquet une dame. La jeune femme, détenait trois passeports, un Européen, un Sénégalais et l’autre Guinéen. Ses compatriotes en majorité de nationalité guinéenne lui avaient dit de ne pas voyager avec tous ces documents au risque de se faire épingler. Aussi, en venant de Nouadhibou avec son copain et sa cousine, elle sera fouillée par le poste de gendarmerie qui tomba sur deux autres passeports cachés au fond de ses valises. Prise en flagrant délit puisque ce sont ses photos qui se trouvaient collés sur les documents, elle ne dira mot. Elle est embarquée avec son mentor et sa cousine à la brigade. Ces derniers seraient relâchés mais sommés de revenir dans quelques jours quand il faudra entamer l’enquête. Quand à l’infortunée, elle serait encore aux mains de la gendarmerie. Elle devrait être fixée sur son sort très bientôt. Contactés, ses deux accompagnants sont optimistes et certains qu’il ne lui arrivera rien. Ils attendent même qu’elle soit relâchée au plus tôt. Et pour cause, les pays dont elle se réclame permettraient tous, la double voire la triple nationalité !

Abou Cissé


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind