Urgent Adrar: Un geste de secours aux agriculteurs dans le besoin de renforcer !

cheikhany_ould_sidinaComment ? Voyons d’abord les faits : En réponse aux appels successifs de secours lancés par les agriculteurs au Président Aziz pour  sauver plus de 2000 tonnes de carottes non commercialisées pour évitant leur ruine et exode massif vers Nouakchott.

Tout comme suite à la mobilisation de certains élus de l’Adrar dans des audiences avec les ministres du développement Rural et du Commerce ainsi qu’à la réunion du vendredi  4  Avril 2014 des agriculteurs à Atar avec la mission du Ministère du développement rural un geste de secours a été consenti aux agriculteurs dont les principaux axes sont :

1 –  Le transport gratuit de la production maraîchère vers Nouakchott sous l’égide d’une commission ad Hoc constituée de techniciens du MDR et d’agriculteurs présidée sous l’autorité directe du Wali de l’Adrar.

2- La protection frontalière de cette production et la conservation partielle au froid d’une partie de la production, à la demande de ladite commission.

3- l’encouragement des agriculteurs à créer une nouvelle structure de commercialisation (GIE)  à la t place de la présente structure décriée par les deux producteurs maraîchers de l’Adrar qui sont Tawaz et Maaden El ervane.

4- L’engagement de l’Etat à créer des unités de  conservation et de transformation en 2015 pour  contribuer à une solution pérenne.

Ce  geste important dans un désert d’oubli de cette Wilaya mais reste à compléter.
Ayant personnellement participé à ces débats Agriculteurs/Etat, en tant qu’élu,  je continue à espérer une solution plus dynamique et pérenne qui consiste  à apporter un appui financier immédiat aux agriculteurs par l’achat de toute la production sur site au prix de  70  à 100 UM/kg ( sans herbe et selon la qualité), son transport et surtout sa conservation dans des Chambres froides dans les grandes villes jusqu’au mois de Ramadan pour un montant total que j’ai estimé à 160.000.000 UM qui peut apporter aux producteurs (organisés dans leur nouveau GIE)  dés le mois de juillet un revenu de 200.000.000 UM  en vendant leur produits à des prix rémunérateurs et moins chers que les carottes à importer du Benelux et d’Espagne durant le mois de Ramadan. Cette solution urgente protégera les agriculteurs et l’Etat de crises à venir, car les agriculteurs sauront valoriser et bien gérer cette assistance  demandée au Président de la république, s’ils sont protégées de certaines institutions spécialisées dans le détournement des fonds qui leurs sont généralement affectés.

Par ce geste du Président, je gage  que les agriculteurs sauront prendre charge les prochaines années le transports, la commercialisation, conservations et même la transformations en sous produits futures  de leur production sans besoin de subvention.

Hélas le Ministère du développement Rural qui dirigeait les débats n’ a consenti  qu’à une solution ponctuelle qui reste  périlleuse d’appui au transport avec promesses de fermeture de frontières et de conservation partielle….

C’est pourquoi j’ose souhaiter que le Président de la République apporte ce geste aux agriculteurs de l’Adrar d’achat immédiat de la totalité de leur production comme il le fait chaque année, à à leur confrères du fleuve qui bénéficient de l’achat de la totalité de leurs production du riz à un prix rémunérateur en plus de sa transformation…., subventions en intrants, aménagements gratuits, offres d’un crédits agricoles substantiels en milliards d’UM souvent épongés.

Monsieur le Président, La culture des carottes sous palmiers assure la préservation d’une civilisation oasienne menacée par la sécheresse, les maladies du palmier. Cet arbre providentiel apporte, à l’agriculteur ( si je me base au rendement officiel porté par les techniciens du MDR  5 tonnes/ha ( sur 100 palmiers/ha) de dattes soit un revenu de 5000.000 UM/an ( au prix de 1000 UM/kg) alors que le riz n’apporte  dans les meilleurs de moyennes de rendements que 5 tonnes/ha qu’un revenu de 500.000 UM/ha soit un revenu 10 fois moins important sans compter le revenu des carottes cultivées sous son ombre estimable à 50.000 UM/t X 50 (T)= 2.500.000 UM/ha.

Monsieur le Président, les agriculteurs de l’Adrar, souhaitent que vous leur apporter un plus grand intérêt.

courageuse invitation à ma critique.

Le Directeur de l’Agriculteurs et le Coordinateur National du PDDO m’ont invité courageusement à visiter leurs laboratoires de biotechnologie de protection du Phoenix dactilifera (palmier) d’Atar financé par les institutions internationales destiné à lutter préventivement contre le fusarium oxysporum alb.(Bayoud, SIDA MAGHREBIN  palmier) et celui biologique de multiplication du chilochorus bipustilatus var. iranansus pour lutter biologiquement contre le Parletoria blanchardi (lekhneyvissi) pour leur apporter mon opinion critique sur les deux programmes engagés.

J’ai accepté et loué leur comportement nouveau de vouloir entendre mes critiques, j’ai recensé les erreurs actuelles et solutions envisageables  de ces deux programmes scientifiques qui feront l’objet d’un prochain article sur le net dans l’espoir que le Président de la République en prenne connaissance  et réagisse illico avant qu’il ne soit trop tard..

Concluons:

Urgence oblige, je prie le Président d’annoncer à Nouadhibou :

1-L’offre de la subvention demandée par les agriculteurs de l’Adrar pour l’achat, le transport, la conservation au froid de la surproduction dans les 15 jours au lieu de 60 jours ( ce sera trop tard, les carottes perdront leurs compétitivités et seront forclos sur la forte demande du mois béni) pour participer effectivement à l’approvisionnement du marché de Ramadan.

2-La ferme protection raisonnée de la production nationale et sanitaire de nos populations d’Ebola jusqu’à (au moins) écoulement de la production de l’Adrar.

Source : Alakbar

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge