Urgent : La garde nationale arrête un groupe de journalistes

UrgentUn groupe de journalistes a exprimé son indignation de faire l’objet de tracasseries au cours de l’exercice de sa mission, relative à la couverture médiatique d’un sit-in organisé par les parents du détenu salafiste Saleh Ould Mohamed, en guise de protestation contre son maintien en prison, au-delà de la peine d’emprisonnement de 5 ans prononcée contre lui, arrivée à expiration depuis le mercredi 11 novembre courant.
Un capitaine de la garde nommé Ahmed avait ordonné à ses subalternes de conduire le groupe de journalistes à l’intérieur de la prison, de leur confisquer leurs appareils photos avant d’invectiver les confrères, de la plus vile et humiliante manière.
Ces incidents se sont déroulés avant même que les journalistes prennent des photos du sit-in.
Ce qui n’a pas empêché le capitaine en colère, malgré la vérification des appareils photos vides, de poursuivre ses impolitesses et de déclarer qu’il est le seul détenteur de l’autorité à la prison.
C’est finalement, le commandant et responsable direct de la prison qui allait intervenir pour tenter de mettre fin au courroux du capitaine et présenter des excuses aux médias pour les abus rencontrés.
Toutefois, le capitaine, qui a refusé d’obéir aux ordres de son supérieur, le sommant de sortir, est revenu de nouveau à la charge des journalistes, disant que le sort réservé aux médias est uniquement d’être molesté.
Les journalistes et médias victimes de l’incident sont : Saleck Ould Abdi(journaliste), El Weli Ould Taleb (photographe – TV privée El Wataniya), Dah Yacoub (journaliste), Mohamed Vall Ould Bilal (photographe de la chaîne El Mourabitounes) , Sidi Ould Oubeid (du site Sebgh Elakhbari).

Traduit de l’Arabe par Cridem

Source : Akhbarw

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge