Validation du guide national de prévention et de contrôle de l’infection dans les établissements de soins

Validation du guide nationalLa capitale a abrité mercredi l’atelier de validation du guide national de prévention et de contrôle de l’infection dans les établissements de soins organisé par le ministère de la santé et l’OMS.
L’atelier vise l’élaboration d’un guide national de prévention et de contrôle de l’infection dans les établissements de soins.
Ce guide détermine le cadre organisationnel adapté au niveau national et met en place, au sein de chaque établissement national ou privé de soins, un comité de prévention contre la contamination en milieu hospitalier, à travers le respect de précautions standards de base pendant l’administration des soins afin d’empêcher la transmission d’agents patogènes entre patients, de patient à soignant et de soignant à patient.
M. Ahmed Jiddou Ould Zein, chargé de mission au ministère de la santé a, dans son mot pour la circonstance, précisé que les hôpitaux sont l’épine dorsale des prestations sanitaires dans le système de santé en général .
Il a souligné que les hôpitaux représentent une préoccupation permanente des chirurgiens au cours d’opérations chirurgicales et de gynécologie dans tous les pays qu’ils soient avancés ou en développement.
Les études et statistiques hospitalières, dit-il, ont montré que la contamination représente la 3ème cause de décès des mères et la seconde des nouveaux nés et qu’elle est la première cause de morbidité après les opérations chirurgicales.
Il a noté que cette situation constitue un véritable défi économique en raison de l’augmentation de la durée d’hospitalisation au sein des centres hospitaliers et des coûts consécutifs aux analyses biologiques et aux traitements aux antibiotiques.
Malgré ces données, ajoute M. Ould Zeine, les sondages dans ce domaine montrent que 75% de la contamination au sein des hôpitaux peuvent être évités grâce au respect des règles élémentaires d’hygiène.
Le Chargé de mission a indiqué que les virus à l’origine de la contamination peuvent atteindre aussi bien le malade que le personnel soignant et relevé le grand danger que représente le VIH Sida et l’hépatite B précisant que le problème est devenu plus complexe en raison des résistances multiples aux antibiotiques dues au mauvais usage des médicaments, ce qui rend la prise en charge de ce genre de contamination à la fois difficile et particulièrement onéreux.
Il a encore dit que son département, se conformant en cela aux directives du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz et en application du programme du gouvernement du Premier ministre, M. Yahya Ould Hademine, veille à tout ce qui est de nature à relever le niveau de santé des citoyens.
A son tour, le représentant de l’OMS, Dr. Sostene Zombré a indiqué que la prévention et le contrôle de l’infection représente un devoir moral et technique pour le personnel médical et qu’il s’agit d’une question fondamentale car les microbes responsables sont parmi les plus dangereux dans le monde.
Dr. Zombré a ajouté que le programme de prévention et de contrôle élaboré à cet effet est basé non seulement sur l’évaluation des risques mais aussi sur le type et la capacité de la structure sanitaire.
Il a précisé que les précautions générales d’hygiène sont destinées à prévenir la transmission d’agents pathogènes entre patients, de patient à soignant et de soignant à patient.
Le représentant de l’OMS a souligné que le manque d’hygiène, une architecture des locaux de soins mal adaptée et une mauvaise organisation du travail sont des facteurs favorisant des infections associées aux soins.
La cérémonie de validation du guide national de prévention et de contrôle de l’infection dans les établissements de soins s’est déroulée en présence du directeur de la médecine hospitalière et de plusieurs acteurs du secteur de la santé.

Source: AMI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge