Vanuatu: l’aide s’organise après le passage du cyclone Pam

le cyclone Pam les dégâtsLe Vanuatu a décrété l’état d’urgence, ce dimanche 15 mars, après le passage dévastateur du cyclone Pam sur cet archipel du sud du Pacifique, au large de la Nouvelle-Zélande, où des villages entiers ont été rasés. Même si les vents – qui ont atteint par endroit 330 km/h – se sont calmés, les dégâts sont immenses. Un avion militaire français, chargé de matériel de secours, a décollé pour l’archipel tôt ce matin.

Après le passage du cyclone Pam, l’heure est au secours et à l’évaluation des dégâts. Le décompte des victimes est délicat : pour le moment il s’établit à 44 morts, selon l’ONU. Le Bureau national des catastrophes a, lui, confirmé que six habitants avaient été tués.

Avec la rupture quasi générale des communications dans l’archipel, il est difficile d’accéder à des informations fiables, 48 heures après le passage de ce cyclone de catégorie 5, « l’un des pires de l’histoire du Pacifique », selon l’Unicef. Ce même isolement rend difficile l’acheminement des secours, mais l’aide s’organise.

Un avion militaire français chargé de matériel de secours a décollé dimanche en début de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, avec à son bord un officier du génie militaire, un membre de la sécurité civile de Nouvelle-Calédonie et un membre de la Croix-Rouge. Il transporte, en outre, un groupe électrogène, des rations de vivres, un transmetteur, selon les déclarations faites à la presse par Paul-Marie Claudon, directeur de cabinet du haut commissaire de la République française dans ce territoire d’outre-mer.

Coordination

« C’est une réponse articulée avec nos alliés qui est en train de s’organiser. La France va se charger de l’évaluation sur place, et l’Australie et la Nouvelle-Zélande, qui envoient en tout quatre avions sur zone, vont répondre à des besoins prioritaires de la population », a expliqué Paul-Marie Claudon. Paris, Camberra et Wellington sont liés au travers des accords Franz pour coordonner leurs moyens d’assistance en cas de catastrophe naturelle dans cette zone du Pacifique.

Le vol de ce dimanche ne serait que le premier d’une longue série, des interventions qui seront vraisemblablement appuyées la semaine prochaine par la frégate française Vendémiaire, basée à Nouméa. En outre, la Communauté du Pacifique, la principale organisation de développement de la région, va concourir à cette aide, en finançant la prise d’images satellite de l’archipel.

Situation exceptionnelle

Pour Franck Roux, professeur à l’université de Toulouse et spécialiste des cyclones, nous sommes là face à une situation exceptionnelle. « Pam est dû à plusieurs phénomènes : les conditions météorologiques et les conditions océaniques dans cette région du Tropique, explique le chercheur. C’est toujours très difficile de faire une prévision climatique, mais il y a quand même une situation assez exceptionnelle en ce moment puisqu’aujourd’hui, il y a quatre cyclones sur l’ouest du Pacifique, entre l’Australie, la Nouvelle Guinée, le Vanuatu, les Fidji, etc. »

Reste que pour l’expert, on ne peut lier directement ce phénomène au changement climatique. « C’est l’évolution saisonnière des conditions sur l’océan tropical. On peut avoir des périodes actives pendant deux, trois ans et puis des périodes moins actives. Cela dit, ceux qui étudient le climat du futur, des années 2050 à 2100, prévoient une réduction du nombre total de cyclones, mais des cyclones pouvant être encore plus intenses. »

Source:RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge