Vers le clash Macky/Idy ?

DAKARACTU.COM En dépit des apparences et notamment la reconduction des ministres « Rewmistes » dans le deuxième gouvernement de l’ère Macky, nos sources s’accordent à dire que « les relations ne sont plus au beau fixe entre Idy et Macky ».

Quid des raisons ? Il nous revient, de recoupements en recoupements, que « tous les signaux portent à croire que l’on s’achemine vers un clash entre Idrissa Seck et Macky Sall ». Pour preuve, nos sources brandissent le fait que Macky déleste, contre toute attente, Oumar Guèye du portefeuille de la Restructuration et de l’Aménagement des zones d’inondations « confié à M. Khadim Diop », lors du dernier réaménagement gouvernemental. Or, ce département devait, selon nos sources, revenir au ministre « rewmiste » Oumar Guèye. Aux yeux de nos informateurs, il s’agit « d’un signal fort » lancé à Idrissa Seck, après qu’il ait déclaré, lors de la fête de Tabaski: « aujourd’hui, force est de constater qu’après six mois d’exercice du pouvoir, qu’il n’y a pas d’avancée significative. Six mois c’est peut-être encore trop tôt pour faire un bilan. Le président est élu cinq afin de régler les problèmes les plus urgents à savoir le chômage des jeunes, la baisse des denrées de premières nécessités, le règlement du conflit de la crise casamançaise entre autres. » Une déclaration, qui n’a pas plu, selon nos sources, à celui qui préside aux destinées du Sénégal, mais aussi et surtout à ses ouailles de l’APR, qui ont qualifié cette sortie de « bravade ». D’ailleurs, certains caciques du parti au pouvoir n’ont pas hésité à monter au créneau pour « remonter les bretelles » au « Rewmiste » en chef, en l’occurrence Idrissa Seck. En effet, l’un d’eux, nous voulons nommer le député de l’APR, Seydina Fall qui a récemment accordé une interview pour laisser entendre: « Personnellement, j’ai de sérieuses réserves par rapport à la bonne foi d’Idrissa Seck. Je suis désolé, mais cet homme ne m’inspire pas confiance. Il est clair qu’il ne terminera pas le premier mandat avec nous et ses méthodes peuvent s’avérer singulièrement viles. Mais, pour le moment, la première erreur que Macky Sall devra éviter c’est de ne pas être informé que le carreau du sucre est vendu à dix francs. L’entourage du Président, les membres de l’Apr surtout, doivent être vigilants (…) ». Une sortie, qui « est loin d’être fortuite », selon bon nombre d’observateurs avertis. « La coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) va imploser incessamment », telle est la conviction de Modou Diagne Fada. Ce dernier, invité de l’émission « Point de vue », sur la RTS1, estime que les responsables de cette coalition ont terminé leur mission : faire partir Me Wade. L’ancien ministre de la Santé prédit le divorce de ses adversaires de la majorité présidentielle. « Ce n’est plus un secret, BBY est parti pour imploser. Ce n’est plus qu’une question de jours. Cette coalition va éclater avant les locales, car il faut que les partis politiques se pèsent ». Aussi, il s’est attardé sur les retrouvailles de la famille libérale annoncée ces derniers jours. Ecartant, très tôt les responsables de Bokk Gis-Gis qui selon lui « ont dit non à l’appel », Fada soutient que rien n’empêche que tous les libéraux se regroupent, mais selon lui, le socle sera le PDS qui a enfanté tous les autres partis. « Une bonne partie des militants de l’APR, viennent du PDS, nous avons les mêmes idées et les mêmes convictions politiques. Nous sommes prêts, mais pour le moment, nous ne savons pas la date de ces retrouvailles. Donc, nous devons donner du temps au temps », a encore argumenté l’invité de la RTS, qui a également précisé: « l’alliance politique n’a rien à voir avec une alliance électorale, il n’est pas forcément dit que nous sommes obnubilés par ces retrouvailles. Seulement, notons que nous sommes très ouverts ». La traque aux présumés biens mal acquis que le nouveau régime vient de lancer, a été aussi un sujet sur lequel le jeune leader s’est épanché. « Il y a des délinquants financiers dans tous les partis politiques. Ce n’est pas un fait spécifique au Pds. S’il y a des libéraux qui ont planqué des milliards à l’extérieur, le régime en place, est bien placé pour mener une enquête. De toute façon, il faut qu’il sache, qu’avant nous, d’autres ont planqué des milliards dans les banques », a t-il déclaré. Toutefois, sur les audits, il dira que « les libéraux n’ont rien à se reprocher. Nous attendons les audits tranquillement ». Terminant sur un ton taquin, l’ancien ministre de la santé, a ironisé : « Si BBY éprouve des difficultés pour trouver un président de l’Assemblée nationale, elle peut venir le chercher chez nous ».Quoi qu’il en soit, « wait and see ! ».

Source:Seneweb

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind