[ Video] Bienvenue à Raqqa, « une prison gardée par des hommes vêtus de noir »

Raqqa, Etat IslamiqueDepuis le début de l’année 2015, Raqqa est devenu officiellement le capitale de Daesh. Cette ville syrienne comptait 350.000 habitants, il n’en reste plus que 200.000 aujourd’hui. Ceux qui sont restés à Raqqa sont soumis à un régime violent, oppressif et strict imposé par l’État Islamique. Récolter des informations sur Raqqa est extrêmement compliqué.La ville de Raqqa (centre de la Syrie) est tombée dans les griffes des djihadistes en 2015. Une ville noire, aussi sombre que le drapeau de Daesh.
« Tout a changé dans la ville, les vêtements, les chaussures, tout », assure Raheb, une femme de 27 ans qui a fui vers Damas pour poursuivre ses études de médecine. Elle est revenue à Raqqa, sa ville natale, pour travailler dans un hôpital. Elle ne l’a plus reconnue.
« Les femmes portaient des abayas noires (vêtements portés uniquement par les femmes musulmanes) pour cacher leurs visages. Des hommes étaient souvent fouettés en rue. Seule la couleur noire est tolérée. La vie est noire. »
Aucun patient masculin
Raheb était la seule médecin travaillant à plein temps dans un hôpital de Raqqa. Pendant quatre mois, elle a été un témoin privilégié de la terreur propagée par l’EI.
« Les femmes sont parfois lapidées à mort en rue.
Des corps décapités restent des jours et des jours en rue afin d’effrayer la population. De cette manière, Daesh oblige les gens à se taire. »
Une dentiste décapitée
Même Raheb a été insultée et maltraitée parce qu’elle ne recouvrait pas ses mains pendant son travail. En tant que femme, elle n’avait pas le droit de recevoir un patient de sexe masculin. Soigner des enfants lui étaient aussi interdits. Pour avoir enfreint la loi imposée par Daesh, une dentiste a été décapitée par les djihadistes. « J’aurais aussi été exécutée si je n’avais pas obéi », poursuit Raheb, qui a pu s’échapper des griffes de Daesh en rejoignant la frontière turque.
Ghareb al-Omawi (un pseudonyme) peut également témoigner de la barbarie des terroristes. Il bosse dans le secteur des médias et il tente de récolter un maximum d’informations sur Daesh.
Une cigarette = 40 coups de fouet
« Les enfants n’ont même plus peur des bombardements. Ils peuvent même reconnaître les armes utilisées, s’il s’agit d’assauts menés par l’armée russe ou par la coalition américaine. Les femmes ne hurlent plus comme au début. C’est comme ça qu’on se rend compte des nouveaux arrivants dans la ville. La panique et la peur peuvent aisément se lire sur leurs visages. L’EI utilise les mêmes méthodes que le régime syrien d’Assad: des arrestations et des assassinats. Mais les djihadistes sont encore plus cruels: ils crucifient, lapident et torturent les gens en public. »
Il poursuit: « Celui qui allume une cigarette reçoit immédiatement 40 coups de fouet. S’il est pris une deuxième fois, il est jeté en prison où il subira le même calvaire etc etc… Il est interdit de porter des jeans trop moulants et de se raser la barbe. Pour les femmes, ne pas porter l’abaya est un motif valable pour une arrestation. »

Auteur: 7sur7.be – 7sur7.be

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge