Virage de la diplomatie mauritanienne: Qui est la nouvelle MAEC ?

Vatma Vall Mint SoueinaQuand Mme Vatma Vall Mint Soueina  a été nommée l’année dernière, ministre de  la Culture, de la Jeunesse et des Sports, l’opinion s’est interrogée sur le nom de la jeune et  nouvelle étoile gouvernementale montante, qui s’est vue soudainement propulsée au devant de la scène.
Mais, il s’est vite avéré par la suite,   que la nouvelle ministre n’était pas totalement inconnue, du moins dans les milieux académiques et sociaux où elle jouissait d’une réputation considérable.
En effet, la ministre Mme Vatma Vall Mint Soueina est connue depuis 2001, en sa qualité de Prof d’anglais dans l’enseignement secondaire avant de devenir en 2005, Prof de la civilisation américaine à la Faculté des lettres  et des Sciences Humaines de l’Université de Nouakchott.

Sur le plan social, sa nomination a été très bien accueillie comme l’illustre l’un des leaders du mouvement de Maalmine quand il a qualifié cette promotion de porteuse d’enseignements et de pas avant-coureur  heureux franchi pour extraire cette communauté de méandres de  l’exclusion.
Une cooptation interprétée également comme une tentative faite par le pouvoir  pour attirer les voix de cette frange à l’horizon des dernières présidentielles, sans compter que confier le  département de la culture,  à une Dame de fer qui maîtrise trois langues internationales (arabe, français et anglais) peut impulser fortement la place culturelle de la Mauritanie et revigorer la présence de la femme dans la pyramide Etat, conformément aux orientations des dirigeants axées sur le renforcement de la place de la femme dans la gestion des affaires publiques nationales.
Entrée très vite dans le cercle étroit des décideurs Mint Soueina a été témoin d’une restructuration rapide de son département, devenu ministère de la culture et de l’artisanat. Ce qui a renforcé les premières impressions faites sur son ascension et sur l’authenticité des analyses relatives à une attention accentuée accordée par les pouvoirs publiques  à cette frange pour contenir l’activisme croissant  des Maalmines  qui  s’exprime parfois dans la rue ou les médias..
Mais sa récente nomination à la tête de la diplomatie mauritanienne soulève des questions réelles sur la sincérité de telles analyses qui paraitront à partir d’aujourd’hui incapables d’éclairer sur les critères sur lesquels  Mme Vatma Vall Mint Soueina a été cooptée à une aussi haute fonction dans un remaniement gouvernemental  partiel  qui fait la part belle à la junte féminine.
Par cette nouvelle ascension, Mint Soueina qui a fait preuve depuis le premier jour de sa nomination dans le gouvernement, de beaucoup de persévérance et d’assiduité, réussissant avec brio la récente organisation du festival des anciennes villes de Chinguitty, se hisse de l’action locale au travail international, pour devenir ainsi la seconde ministre femme des affaires étrangères de son pays et de tout le monde arabe.
Une ascension qui laisse des questions sans réponses sur le but d’une nomination d’un Prof de la civilisation américaine à une période où la Mauritanie vit ce qui s’apparente à une guerre ouverte avec l’Europe, en particulier avec la France.
En froid avec l’Union Européenne sur fond de défense des droits de l’homme pour les européens et de l’échec de l’accord de pêche pour Nouakchott d’une part et avec la France à la suite des caricatures outrageuses à l’Islam, la Mauritanie mise-t-elle, à travers un virage diplomatique non avoué  sur Vatma Vall Mint Soueina, Prof de la civilisation américaine,  pour donner un sang neuf et revigoré à  l’axe Nouakchott- Washington ?
Une option  qui ne manque pas de preuves, dés lors où tenaces  au respect des droits de l’homme, les Etats Unis reconnaissent  au pouvoir mauritanien ,  à la différence des européens, à travers leur Ambassadeur à Nouakchott SEM Landré Lary,  des avancées qui doivent être entretenues, appelant les défenseurs des droits de l’homme à s’éloigner de la violence comme moyen  dans leur activisme pour une Mauritanie juste, une et indivisible.

Ou bien, le pouvoir joue à l’hypnose politique en s’exerçant au sensationnel  ainsi que pour punir, ce que certains qualifie d’indiscrétions  intolérables faites par diplomate chevronné Ahmed Ould Teguedi, en promettant de taper dans la fourmilière, s’arrogeant des prérogatives qui relèvent du seul ressort de Son Excellence Monsieur le Président de la République ? It’s the question.

Source : Rapide Info

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge