Vive inquiétude d’une ONG au sujet de la santé de Biram et cie

IRA-MauritanieAgir Ensemble Pour les Droits de l’Homme (AEDH), organisation de solidarité internationale dotée du statut consultatif  auprès des Nations Unies (ONU) « s’inquiète de la poursuite de la détention arbitraire » de 3 militants anti-esclavagistes en Mauritanie, dans une déclaration rendue publique mardi.

    Ces  individus sont Brahim Ould Bilal Ramdan, Biram Ould Dah Ould Abeid et Sow Djibi, respectivement vice-président et président de l’Initiative de Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA-Mauritanie) et  président de l’ONG « Kawtal Ngam Yellitaare».

« Selon les information reçues, l’état de santé de Mr Sow s’est gravement détérioré depuis sa détention le 16 janvier 2015. Alors que le 03 mars 2015, des calculs rénaux lui ont été diagnostiqués, et en dépit de la demande de son médecin de lui faire pratiquer un scanner, celui-ci n’a pu en bénéficier que 10 jours plus tard », écrit l’ONG.

AEDH  se dit également informée « de la détérioration de l’état de santé de Biram Ould Dah Ould Abeid, qui souffre de douleurs à l’estomac, de dents et d’hypertension et n’a pas accès à un médecin en prison ».

L’ONG  invite les autorités mauritaniennes « à garantir l’intégrité physique et psychologique de ces détenus » et  « les libérer immédiatement et sans conditions ».

 Elle réclame par ailleurs  l’arrêt du « harcèlement » des défenseurs des droits humains dans le pays.

Ces militants antiesclavagistes purgent une peine de 2 années de prison, prononcée  à la suite de l’organisation  d’une caravane contre « l’accaparement des terres et l’esclavage foncier » dans le Sud de la Mauritanie au mois de novembre 2014.

Source: Le calame

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge