Voici l’idée loufoque du ministre à propos du visa…

mystere
Imaginez qu’une simple lettre d’invitation réclamée par l’ambassade de Mauritanie à Abidjan a remué la république de l’agent lambda au ministre, le tout dans une atmosphère de paranoïa totale pour arriver en bout de chaîne à l’idée loufoque que voici d’un ministre, dont nous tairons le ministère bien qu’il ne puisse s’agir que de l’Intérieur ou des Affaires Etrangères : son excellence estima que tout l’arsenal juridique mauritanien dans cette affaire à savoir viser une lettre d’invitation à envoyer à l’ambassade pour obtenir un visa à un enfant franco-mauritanien de 6 ans qui était là il y a six mois, ne pouvait être résolue qu’en faisant voyager l’enfant sans visa jusqu’à la Mauritanie car désormais on peut délivrer des visas à l’aéroport et là, faire les interventions nécessaires pour que l’enfant puisse avoir son visa.
 
C’est un ministre qui parle ! Pourquoi faire facile quand on peut faire compliqué ? Pourquoi ne pas authentifier l’identité de l’auteur de l’invitation à savoir le père, viser la lettre tout simplement et laisser l’ambassade délivrer le visa comme elle le fit il y a six mois pour ce même garçon ? En fait la lettre d’invitation a remué la paranoïa dans le ministère pour une raison simple : elle n’était pas écrite sur un papier portant l’en-tête d’une entreprise ! Et surtout il s’agissait dans cette lettre du terme hautement sensible « franco-mauritanien ».
 
Il faut savoir que la fonction publique mauritanienne même si elle compte des cadres remarquables est infestée par une pléthore d’incapables, de pauvres agents de toutes sortes jusqu’à des cadres qui ont réussi à se faufiler jusque-là par mille trafics d’influence, faux CV or cette meute d’imposteurs est la première touchée par le terme «  franco-mauritanien ». D’abord parce que pour ces gens-là, il faut se venger de la France par tous les moyens car la France ne délivre pas ses visas à n’importe qui, ensuite parce que cette histoire d’une lettre d’invitation portant mention d’un « franco-mauritanien » telle que je l’ai écrite, était forcément une affaire bizarre car actuellement sur le net on parle beaucoup de double nationalité aussi ces sentinelles ont-elles cru que l’enfant était un binational ayant deux passeports et qu’on voulait faire un trafic car en Mauritanie pour ces gens-là, il n’y a jamais rien de clair à force de vivre dans les magouilles de toutes sortes or ce garçon est binational de sang mais il n’a qu’un passeport français comme quoi, faute d’habitude, le clair est le premier suspect chez ces gens-là.
 
Aussi tous ceux qui ont eu ce papier en main, surtout signé de la main d’un journaliste mauritanien pas tout à fait inconnu, se sont imaginés tout de suite en train de tremper dans un piège ou en tout cas une affaire pas claire. Aussi chacun a-t-il pris la fuite comme il a pu arguant des arguments les plus loufoques les uns que les autres alors que l’affaire est toute simple et la lettre d’invitation on ne peut plus claire sauf qu’elle est écrite par le père mauritanien quand il y a six mois l’enfant venant avec sa mère a obtenu le visa sans problème car l’invitation visée par le ministère était celle du grand-père maternel, homme d’affaires français vivant en Mauritanie depuis plus de 20 ans.
 
Ainsi quand il s’agit de français entre eux, le ministère ne voit rien de louche mais dès qu’un mauritanien veut faire la même procédure tout père qu’il est, là, la paranoïa atteint son paroxysme pour finir par lui répondre qu’aucune lettre sans en-tête d’une entreprise ne peut être visée pour un visa. La bêtise d’une telle déclaration fut telle que tout le monde a voulu en savoir plus en appelant partout pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une  bêtise.
 
De coup de fil en coup de fil, l’affaire d’un père mauritanien qui ne peut pas obtenir du ministère de viser sa lettre d’invitation sans avoir une entreprise atterrit sur le net et de là arrive bien entendu au sommet de l’Etat où un ministre eut cette idée loufoque de faire voyager l’enfant sans visa pour ensuite faire les interventions qu’il faut sur place. Bravo ! Avec une paranoïa pareille et une volonté manifeste d’humilier tout mauritanien dont les enfants métis ont des papiers français, il y a de quoi s’inquiéter pour la santé mentale de ces gens.
 
Aucun de nos voisins ne s’en prend avec une telle rage aux liens familiaux en cas de métissage même les juifs font mieux que nous car Israël accepte et reçoit les bras ouverts quiconque a une goutte de sang juif. 
 
Le Maroc à côté qui n’est pas si étranger à la tribu au pouvoir, ne prive aucun marocain de sa nationalité fût-il métis et laisse entrer sur son territoire les européens sans visa car le Maroc n’est pas un Makhzen de province de déserteurs présumés qui veulent le tourisme en tracassant le touriste. 

La Mauritanie en tant que république islamique de surcroît devrait avoir le devoir sacré de faire que les enfants métis à l’extérieur aient toutes les facilités surtout en bas âge pour venir chez eux le plus facilement possible afin de ne jamais les laisser à l’étranger. Au lieu de ça, il faut tracasser tous les métis juste par jalousie car le mauritanien sait que sa nationalité ne lui sert à rien alors pour la rendre précieuse, les autorités en privent certains citoyens par génocide biométrique et s’efforcent de tracasser même ceux qui ne demandent qu’un visa même pour enfant.
 
Bravo !

Voici la fameuse lettre d’invitation qui sema la panique jusqu’à l’idée loufoque :

 » Lundi  7 Avril 2014
Objet : formalité d’usage pour une demande de visa
L’ambassade de Mauritanie à Abidjan requiert de la part du père mauritanien une lettre d’invitation visée par le ministère des affaires étrangères mauritanien afin que le fils franco-mauritanien, disposant d’un passeport français, puisse obtenir un visa mauritanien de xxxx jours.
Aussi, je soussigné Ahmed Ould Soueid Ahmed, né le 05/04/75 à Nouakchott avec pour numéro national d’identification xxxxxxxxx, invite par la présente mon fils xxxxx Ould Soueid Ahmed – xxxx, né le xxxxx à xxxxxxxx (France), titulaire du passeport français numéro xxxxxx, habitant avec sa mère xxxxxxxxxxx à xxxxxx, à venir chez lui en Mauritanie passer xxxx entre le xxx avril et le xxx mai 2014.
Je prie les services compétents d’en prendre bonne note selon les formalités d’usage afin de faire valoir ce que de droit.
Cordialement « 
Source : Vlane

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge