VOUS AVEZ DIT CONSEILS REGIONAUX ?

Chef de l'Etat1Le président Md O/ Abdel Aziz a évoqué, à l’occasion d’un meeting tenu à Néma le 3 mai passé, le projet de création de conseils régionaux chargés, selon lui, de la gestion et du développement des régions. S’agirait-il là du constat par le chef de l’Etat, à l’instar des FPC, de l’échec du centralisme forcené  aveuglément imposé à des réalités nationales que toute approche politique rationnelle aurait gérées efficacement par le respect de leurs spécificités ?

En tout état de cause, pour les FPC, on ne saurait concevoir de développement de la Mauritanie sans prendre en compte l’aspiration légitime de toutes nos communautés au progrès économique et au bien-être social harmonieux. Cela ne peut se faire que quand il est reconnu à chacune d’elles le droit de vivre et de s’épanouir en toute sécurité dans un environnement qui libère, en le promouvant, son génie créateur et protège ses valeurs culturelles et sa civilisation.

La régionalisation que les FPC ambitionnent pour la Mauritanie n’est pas un slogan mais bien un programme de réformes audacieuses qui associent pleinement nos communautés à la prise en charge de leur avenir. Voici à ce sujet, pour rappel, un extrait pertinent du projet de société des Forces Progressistes du Changement (FPC) :

  I. CONSIDERATIONS SPECIFIQUES

Le règlement du  problème de la cohabitation entre les différentes composantes de notre pays suppose des réformes politique, économique, sociale et territoriale.

I.1  Des Réformes politiques et institutionnelles

Il  faudra énoncer, inscrire dans  la nouvelle Constitution, les  principes politiques généraux suivants destinés à protéger  chaque communauté contre toute velléité  d’assimilation  ou de domination :

-  L’affirmation de l’identité multiethnique et pluriculturelle  de la Mauritanie ;

-  La caractérisation de la pratique de l’esclavage et de toutes formes d’asservissement humain  comme crime contre l’humanité.

-  La reconnaissance de toutes nos nationalités et l’affirmation de leur égalité devant l’emploi et la justice.

-  La reconnaissance  de l’égalité de toutes  nos langues et cultures nationales

-  L’institution d’un bicéphalisme au niveau de  la Présidence de la République (un Président  assisté de deux vice-présidents issus de nationalités différentes).

-  L’institution  du partage équilibré du pouvoir au niveau des  grands postes  de la République.

-  L’établissement  de critères légaux  pour l’équité dans le  recrutement de la fonction publique.

-  La création d’un Observatoire national de la Cohabitation et des Libertés chargé de veiller au respect de ces garanties constitutionnelles.Ø

I.2. De l’Autonomie ou Réforme Territoriale

Le découpage territorial actuel du pays n’est  ni juste, ni rationnel. Voilà  pourquoi, il faudra procéder à  un nouveau  redécoupage  qui repose sur des bases homogènes plus objectives, respectant à la fois les aires culturelles et/ou historiques de nos communautés et la vocation économique de ces régions. Cela offrirait l’avantage de réduire  ou atténuer sensiblement les récurrentes tensions ethniques, sociales et inter- tribales  actuelles  dans la course à la représentativité au niveau du pouvoir central.

I.2.1  Du Redécoupage administratif 

Dans ce cadre, il sera procédé à une décentralisation  poussée, ou autonomie  des régions. Il sera érigé  quatre ( 4) grandes régions, subdivisées en provinces :

  • La Région de l’Est, à vocation  pastorale, engloberait les hodhs et l´Assaba ;
  • La Région du Fleuve, à vocation agricole, comprendrait le Guidimakha, le  Fuuta et le Waalo ;
  • La Région du Nord, à vocation minière, serait constituée de  l’Adrar, du Tiris zemmour et de l’ Inchiri ;
  • la Région  du  Centre, à vocation agro -pastorale, regrouperait le Tagant, le Brakna et le Trarza.
  •  Les  villes  de Nouakchott  et Nouadhibou auront un statut particulier.

1.2.1-2. Pouvoirs régionaux  

Il sera affecté à ces régions un certains nombre de moyens et de compétences ou pouvoirs résiduels.

Ainsi  l’Administration, la police, la culture, la  Justice (paliers un et deux), les finances régionales et le foncier relèveront de la compétence des régions. Elles éliront leurs propres représentants (Gouverneur et Députés). Chaque Région disposera d’une  assemblée législative.

Les Régions useront des langues locales comme langues de l’administration sur leur territoire.

LES FORCES PROGRESSISTES DU CHANGEMENT

Source: Alakhbar

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge