Finale du consours « slam conscience », à Sebkha

Le Caméléon – La finale du concours de slam a eu lieu ce samedi 23 Mars 2019 au centre culturel d’échange des jeunes de Sebkha, une initiative du club pour l’art du spectacle oratoire (CASO) en collaboration avec l’AGD et ses partenaires de l’OIM, USAID et le ministère de la jeunesse et des sports.

Après huit jours d’ateliers et le tour préliminaire du 16 mars, ce concours nous a réservé une belle finale. Avec des jeunes talentueux qui ont su emporter le public à travers leurs textes sur différentes thématiques dont l’éducation, l’enfance, la cohésion sociale, en présence de Moussa Tall représentant de l’OIM et Cheikh Thiam directeur exécutif de l’AGD, les directeurs d’écoles étaient de la partie notamment celui d’El Ansar Mr Tidiane Gueye venu soutenir ses élèves, et les membres du jurys composé de:

Salimata Ba sociologue et coordinatrice du club Djibril Zakaria Sall, Abderahmane Diallo (conteur ) Yahya M’bodj jeune auteur, Cheikh Sy et Diop professeurs, ils ont eu la lourde tâche de départager des candidats qui se sont livrés des duels sans merci afin de convaincre les jurys et le public.

C’est ainsi que Rokhaya Diallo de l’école Mounir remporte la 1ère place pour la catégorie collège suivi d’Adama mt Boubacar 2 ème et en 3ème Niané Sidibé d’El Ansar. Abou Amadou Ba de l’école Noura de Riyad est sorti vainqueur de la catégorie lycée, suivi de Djibril Dem et Hawa Alassane Ba de Mokhtar Kelly qui  se partagent la 2ème la place.

Au préliminaire, ils étaient 12 participants avec 6 de chaque catégorie, encadré à travers des ateliers d’initiation au slam par Baidy Sarr, bibliothécaire et littéraire et « le Caméléon », un slameur Mauritanien qui ne cesse de promouvoir l’art oratoire plus particulièrement le slam et l’humour en Mauritanie.

Initiateur de ce concours le caméléon sort ce nouveau concept « slam conscience  » une manière de permettre aux jeunes talents d’écrire et de déclamer sur des thèmes de société afin de partager et conscientiser. C’est une façon ou d’une autre de pousser les jeunes à la réflexion, leur permettre d’améliorer leur niveau d’expression écrite et orale en ayant l’ouverture d’esprit afin de briser les barrières sociales , s’exclame-t-il.

Je ‘ai pas eu la chance comme d’autres d’être encadré, et pourtant aujourd’hui j’en fais un objectif pour que ces jeunes puissent profiter de mon expérience. Rien est facile mais quand on veut, on peut toujours atteindre son but et réaliser ses objectifs, propos dont Moussa Fall a approuvé pendant son allocution et c’est d’ailleurs pour ça que le projet Emeli à travers l’OIM contribue à redynamiser le centre culturel d’échange des jeunes de Sebkha en favorisant l’expression des jeunes des quartiers périphériques en organisant des activités socio-culturelles et éducatives.

Cette finale a été marquée par la prestation de l’humoriste 2 Pieds Gauches, Caméléon, Ismaël par sa touche musicale et Sprit Poète. Ils ont tous apporté de la couleur à cette fête des mots. Si l’éducation est le pilier du développement d’une nation, alors l’art en général contribue à son ascension.

Vivement la prochaine!

Et que les mots soignent les maux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *