El Mina : les jeunes au service de la cohésion sociale et du vivre ensemble

L’Association pour l’insertion des Enfants et Jeunes Travailleurs de Mauritanie (AIEJ/TM) a clôturé, ce dimanche 27 décembre 2020, la série de formations, initiée, en collaboration avec CORIM, au profit des membres des OCB, des Conseils Communaux de Jeunesse et associations partenaires. C’est au quartier Samia que s’est déroulée deux jours durant une formation des jeunes de la commune d’Elmina sur la cohésion sociale, la gestion des conflits, la promotion de la culture de la paix… Cette session s’inscrivait en droite ligne du projet « Amélioration de la résilience des jeunes vulnérables aux différentes formes de radicalisation « , par le renforcement de la cohésion sociale au niveau des quartiers périphériques de Nouakchott sud.

Dans la foulée des sessions tenues à Riad, Arafat et Toujounine, à Elmina, 25 jeunes (filles et garçons)ont bénéficié d’un renforcement de leurs capacités dans la cohésion sociale et le vivre ensemble par la promotion des valeurs fondamentales de la non-violence, de tolérance, de l’éducation à la paix et de cohabitation pacifique. « Ils se sont appropriés les concepts des modules de formation’’, se félicite Mohamed Mangane, formateur. « C’est rassurant. De par leur engouement et du dynamisme de leurs associations, ils ont démontré des aptitudes à mener des campagnes de sensibilisation sur les différentes thématiques. Nous comptons promouvoir l’ensemble des liens positifs entre les différentes communautés nationales.

Les participants sont outillés grâce aux différentes techniques pour véhiculer des messages et atteindre leur cible. D’autant plus que  le niveau d’acquisition est satisfaisant », reconnaît Mangane.

Avis largement partagé par les participants. Mlle Djeynaba Mamadou Gueye projette de se lancer dans la « culture du bon voisinage  » et  » le respect mutuel « . Sur la même lancée, Mlle Fatimata Daouda Thiam de l’Association des jeunes dynamiques d’Elmina entend promouvoir la prévention des conflits, à travers le vivre ensemble et la tolérance.

De son côté, Hady Ngaide de l’Association des jeunes de Kosovo estime que les différentes thématiques évoquées durant la session doivent être intégrées dans la vie quotidienne.

Enfin, Pape Sall a salué l’organisation de cette rencontre et la pertinence des sujets évoqués. Il se dit en mesure de mener à travers les différentes techniques d’animations mises en exergue lors de l’atelier, des campagnes de sensibilisation sur la gestion des conflits,  la promotion de la cohésion sociale et du vivre ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *