Tunisie : «des soupçons de terrorisme dans le dossier» de l’arrestation de l’homme fort d’Ennahdha

«Des soupçons de terrorisme dans le dossier» ont justifié l’arrestation vendredi de l’ex-ministre et homme fort du parti d’inspiration islamiste Ennahdha, Noureddine Bhiri, a déclaré le ministre tunisien de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine, lundi 3 janvier au soir.

«Il y avait des craintes d’acte terroriste touchant à la sécurité du pays, il fallait réagir», a expliqué le ministre, en précisant avoir transmis des «procès-verbaux» au ministère de la Justice et au parquet qui «ont tardé» à prendre des mesures.

Le ministre a dit avoir alors décidé d’«appliquer rapidement» la «mise sous contrôle judiciaire» de Noureddine Bhiri, ajoutant que le dossier caractérisé par des «soupçons graves», porte notamment sur «la fabrication et remise» de faux papiers d’identité et certificats de nationalité, au profit entre autres d’une Syrienne.

Hospitalisé depuis dimanche

Taoufik Charfeddine a dit avoir «veillé personnellement à ce que (Noureddine Bhiri) soit bien traité». Selon une délégation de l’Instance de prévention de la torture (INPT) et du Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme qui lui a rendu visite, Noureddine Bhiri est hospitalisé depuis dimanche «sous surveillance rapprochée en cardiologie» à Bizerte (nord), car il est atteint de plusieurs maladies chroniques (diabète, hypertension, notamment).

Il refuse «toute alimentation et ses médicaments» et les médecins craignent une détérioration de sa santé. Il était «lucide» et «pas en état critique», quand cinq délégués de l’INPT et du Haut-commissariat lui ont parlé, a indiqué à l’AFP un membre de la délégation qui a participé à la visite. Le parti Ennahdha et son épouse avaient affirmé peu avant que Noureddine Bhiri était en «état critique», en «réanimation» et qu’il y avait «des menaces pour sa vie».

Dès samedi, l’INPT et le comité de défense de Noureddine Bhiri avaient dénoncé son placement en détention dans un lieu secret et l’absence de motivations claires à son arrestation. Le ministère avait uniquement annoncé vendredi deux assignations à résidence, sans donner de noms, faisant état d’une «mesure préventive dictée par la nécessité de préserver la sûreté nationale».

Une source informée de l’INPT a indiqué lundi à l’AFP n’avoir «aucune nouvelle» de l’autre interpellé, Fethi Baldi, membre aussi d’Ennahdha. Lundi, Samir Dilou, avocat et député d’Ennahdha, a affirmé devant la presse que l’arrestation de Noureddine Bhiri était «une affaire politique et une instrumentalisation de la justice», annonçant vouloir porter plainte pour «kidnapping» contre le président Kais Saied et le ministre de l’Intérieur.

RIM Web

leader des jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *